Dans son rapport annuel, la mission de lutte contre les dérives sectaires met en garde contre le rôle de la Toile dans les phénomènes de radicalisation et l’émergence de nouveaux phénomènes sectaires.

Dans son rapport annuel, remis lundi 4 mai au premier ministre, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) met l’accent sur le rôle d’Internet dans le développement de croyances extrêmes qui pourrait donner naissance à de nouveaux phénomènes sectaires difficilement maîtrisables.

S’appuyant sur la diffusion à grande échelle de croyances radicales, telles que par exemple les théories conspirationnistes qui séduisent de plus en plus de jeunes ou les phénomènes d’auto-radicalisation sur la toile d’apprentis djihadistes, l’étude du professeur Gérald Bronner, spécialiste de sociologie cognitive, met en avant les risques d’émergence « de nouvelles sortes de croyances sectaires » d’autant plus difficiles à traquer qu’elles ne seraient plus structurées autour d’un groupe localisé ou d’un gourou. (…)

Lire la suite sur le site de La Croix.