Souvent liés à l’extrême droite, ils contestent la «version officielle» de l’attentat contre «Charlie Hebdo».

A peine 24 heures après l’attaque contre Charlie Hebdo, les complotistes ont commencé à répandre leurs théories fumeuses sur Internet. Souvent liés à l’extrême droite, ils remettent en cause la « thèse officielle » de l’attentat perpétré par des islamistes. A l’appui de leur démonstration, des captures d’écran de qualité médiocre auxquelles ils font dire tout et n’importe quoi. La couleur des rétros de la voiture utilisée pour leur fuite dans le 11e arrondissement ne serait pas la même que celle qu’ils ont abandonnée dans le 19e ; c’est donc qu’ils en ont changé… Pas de sang sur le trottoir où le policier a été achevé à bout portant ; c’est donc une mise en scène… Conclusion : on nous ment, tout cela est un coup monté.

« C’est un phénomène qui se répète malheureusement après chaque acte terroriste, explique Jean-Yves Camus, politologue et spécialiste des radicalités. Pour certains, la version officielle sera fausse, quoi qu’elle avance, justement parce qu’elle est officielle. Ces gens-là considèrent Internet comme un espace de contre-culture, de liberté. Ils contestent toute objectivité des faits. N’importe quelle preuve qu’on pourrait leur amener serait disqualifiée au motif de sa provenance. » (…)

Lire la suite sur le site de Libération.