(crédits : Frédéric Sapp)

« Caramba, tout est à recommencer ! », Caporal Diaz (« L’oreille cassée », Hergé).

Chère lectrice, ami lecteur, STOP ! Arrêtez immédiatement de lire ce papier. D’ailleurs, je vous le recommande instamment, quittez tout de suite ce site. Car vous qui pensiez être sur un média dédié à la lutte contre le complotisme, vous commettez une grave erreur, vous êtes en fait tombé dans un terrible piège tendu par de sombres officines au service des puissants ! Non, Conspiracy Watch n’est pas un site qui tente de démonter les complots et surtout les théories du complot, mais c’est un funeste lieu complotiste. Non, d’ailleurs, disons-le nettement : c’est un site comploteur !

Oui, je sais, c’est terrible à entendre. Mais ce n’est pas moi, obscur soutier du pouvoir qui le dit, c’est carrément Frédéric Lordon qui l’affirme, au regard du dernier sondage que Conspiracy Watch et la Fondation Jean-Jaurès ont commandé et commenté. Car, évidemment, être dans la dénonciation du complotisme et de ses dérives antidémocratique, quelle meilleure couverture pour une entreprise de sape de la pensée bourdieusienne par les plus hautes strates de notre société ? D’accord, pour Frédéric Lordon, quand il ne reste qu’une cacahuète au fond du ravier, il faut y voir la main du Pouvoir, mais tout de même. J’avoue, je ne me rendais même pas compte qu’en essayant d’allumer une bougie, nous mettrions ainsi le feu à la dernière goutte qui fait déborder le vase de poudre !

D’accord, que ce sondage nous vaille les foudres des Sputnik et autres sites miroirs de la fachosphère, ça on s’y attendait. Je ne dis pas qu’on le souhaitait, mais honnêtement, quand on marche dans les champs après la pluie, on ne peut s’étonner d’avoir les bottes boueuses. Donc, voilà, de la part de ceux qui diffusent insidieusement les complots, dénoncer un tel sondage, c’est de bonne guerre, nous n’allions pas nous mettre la rate au court-bouillon pour si peu.  Qu’ensuite, certains en viennent à sous-entendre que le sondage est réalisé grâce à des « techniques de manipulation mentale », voilà qui nous fit choir la mâchoire, et pas qu’un peu, même si depuis, dont acte, ils ont quelque peu remis de l’ordre dans leurs pensées.

Là où, en revanche, nous avons eu le neurone à surprise qui s’est mis à danser la salsa, c’est quand l’aimable Guillaume Erner, le sociologue de la radio – d’ailleurs un sociologue qui fait office d’animateur radio est-il radiologue ou animateur socio ? – a balayé l’étude de l’IFOP d’un trait de plume dans Charlie Hebdo, le renvoyant dos à dos avec toutes les théories complotistes. Sauf qu’il semble n’avoir lu que l’écume du sondage dans la presse et qu’il ait négligé, la peste soit de sa distraction, d’avoir consulté l’ensemble des documents y afférent…

Mais surtout, ce qui nous reste un tantinet en travers de la gorge, c’est l’attaque en règle de la part de La Menace Théoriste, par ailleurs excellent site rationaliste. Au nom de la sacro-sainte « méthode », élevée ici en Loi d’airain, et comme il manque une catégorie NSPP – ne se prononce pas – dans le sondage, celui-ci serait nul et non avenu. Même si ce choix est explicité dans les documents d’accompagnement. Et c’est là que le bât blesse. Car, la lutte contre le complotisme et les biais cognitifs qui lui sont associés est justement une lutte commune avec le monde sceptique et rationaliste. Aussi, qu’un site de référence de cet univers, repris également par le pourtant aimable Acermendax, nous condamne ex cathedra sans avoir même cherché à nous joindre pour en parler, voilà qui nous rend un peu chagrin.

Conspiracy Watch est un site d’information tenu par des humains, donc notoirement soumis à l’erreur ou à l’imprécision. Nous n’affirmons pas détenir la vérité, nous ne sommes pas une page d’études universitaire, nous essayons bien humblement de démêler les pelotes du complotisme pour le grand public. Un sondage n’est pas une vérité en soi, c’est une radiographie d’une situation à un instant T, il n’est pas monolithique et peut être discuté ou critiqué. Mais seulement en en connaissant tous les tenants ou aboutissants. Et sans a priori.

Sinon, c’est pas d’jeu, comme disent les enfants.