Alice Pazalmar (capture d’écran YouTube, 28/04/2020).

Alice Pazalmar (1986 – ) est une vidéaste complotiste française évoluant dans la mouvance dite des « êtres souverains ».

De son vrai nom Alice Martin Pascual, cette créatrice de bijoux aurait, selon France Info, été en contact avec Lola Montemaggi, la mère de la petite Mia, enlevée en avril 2021 par un groupe de complotistes inspirés par Rémy Daillet-Wiedemann.

En 2019, Alice Pazalmar a co-fondé le site One Nation (onenation.xyz) qui se présente comme « une vague d’émancipation planétaire qui invite à se ressaisir sereinement de son pouvoir personnel et refuser toute autorité illégitime » et prône la « désobéissance créative ». Ce mouvement se veut « profondément non violent » et rejette « toute forme d’autorité illégitime ».

Sur sa page Facebook, elle explique élever ses deux enfants dans un van sans plaque d’immatriculation et refuser de les scolariser.

Le 28 avril 2020, Alice Pazalmar a publié une vidéo intitulée « Dans le terrier du Lapin Blanc » cumulant plus de 193 000 vues. Elle y tient des propos complotistes covido-sceptiques, anti-vaccination, pro-hydroxychloroquine, y attaque Bill Gates et y relaie également les déclarations controversées de Luc Montagnier sur l’origine prétendument artificielle du virus de la Covid-19.

Le 22 août 2020, elle a mis en ligne sur sa chaîne YouTube une vidéo intitulée « Mes enfants ne sont pas des pions » dans laquelle elle prétend qu’il existe « un réseau de gens hauts placés dans les hautes sphères de ce monde qui voudraient […] s’en prendre à nos enfants ». Arguant qu’elle ne leur cédera « aucune miette de [son] autorité », elle partage également sa « lettre de libération des enfants », adressée à « Emmanuel de la famille Macron, l’être qui joue le rôle de Président de la Société République Française » et « à Jean de la famille Castex, l’être qui joue le rôle de Premier Ministre » ainsi qu’à « Jean-Michel de la famille Blanquer, l’être qui joue le rôle de Ministre de l’Éducation » dans laquelle elle écrit : « J’use de mon pouvoir légitime de mère et refuse absolument de consentir à confier mes enfants à votre autorité. »

Le 18 septembre 2020, elle a publié sur sa chaîne YouTube une vidéo intitulée « Ma carte d’être humain » dans laquelle elle déclare ne plus s’identifier à sa carte d’identité et se placer désormais « sous les lois universelles […] et certainement pas cette autorité illégitime qui chaque jour se rend coupable de crimes contre l’humanité ». Dans la même vidéo, elle décrit sa vision du monde :

« Moi je vois ça comme… : y’a la Terre, qui est toute belle, qui est super abondante et où il y a tout ce qui faut […]. Et puis dessus, y’a un espèce de gros monstre à plusieurs têtes avec plein de tentacules qui est en train de tout étouffer tout ça là ; et puis, d’où qu’on le regarde, bah en fait, c’est la même chose. Donc tu peux regarder le domaine de la santé, l’éducation, les accouchements, les retraites, les cheminots, le prix du pétrole, la pollution, le nucléaire, tout ce que tu veux… Et en fait, tu peux prendre ça, t’as l’impression que c’est un sujet isolé mais c’est la même grosse bébête, c’est la même chose, tout est relié. Parce que tout en haut, ils sont une dizaine à table, là, en train de se partager le monde et de l’asphyxier. »

Alice Pazalmar est également adepte de la croyance dite de la « fraude du nom légal ». Le 28 septembre 2020, elle a ainsi rédigé une « déclaration de sécession » qu’elle a diffusée sur Internet et qu’elle a adressée notamment au président de la République. Elle y écrivait :

« Je suis Alice, l’Être humaine biologique qui possède la personne juridique nommée ALICE — au numéro d’inscription 2861175…, créée grâce à l’acte de naissance par la SOCIÉTÉ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE (SIREN 100000017) obtenu par chantage et menace auprès de mes parents biologiques. Vous avez omis lors de ma majorité de renouveler le contrat qui me lie à vous lors de ma majorité en présumant de mon consentement qui depuis n’est donc ni libre ni éclairé.

Soyez donc ici et maintenant dûment et officiellement informés que je retire mon consentement pour vivre dans le cadre de cette SOCIÉTÉ que vous organisez et gérez. Je déclare que le territoire entièrement libre que JE suis fait sécession avec la RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Je refuse que mon pion légal joue plus longtemps sur votre plateau à ce Jeu qui chaque jour met délibérément en danger le Vivant dans tous ses règnes. Au vu des vastes connaissances à notre disposition, il apparait clairement que l’harmonie serait possible dès aujourd’hui sur Terre. Il est tout aussi évident que vous choisissez chaque jour la voie de la destruction et de l’oppression pour assouvir votre besoin de pouvoir et de domination, dans le mépris le plus total des lois de l’équilibre et de l’Amour qui régissent tout ce qui vit. Vous vous rendez ainsi coupables de graves crimes contre l’humanité et contre le vivant que je ne veux plus cautionner un seul jour de ma vie. Vous n’êtes pas dignes d’être dirigeants et votre autorité devient de fait illégitime. »

Le 6 juin 2021, Alice Pazalmar est intervenue à « l’Université citoyenne », un événement organisé par des groupes covido-sceptiques à Avignon.

Le 22 juin 2021, elle publie sur YouTube une vidéo dans laquelle elle met feu à son passeport.

Le 15 septembre 2021, Alice Pazalmar a annoncé avec son conjoint Sylvain Charles leur projet d’acquérir, via un fonds de dotation et en recourant à la plateforme de financement participatif HelloAsso, un domaine de 200 hectares dans le Lot, un « écolieu » où démarrer un « nouveau monde […] loin des injonctions de l’Avoir ».

Quelques jours après son lancement, la cagnotte avait récolté plus de 265 000 euros de dons défiscalisables sur un objectif de 750 500 euros. La cagnotte a finalement été suspendue par la plateforme de financement participatif HelloAsso. Quant au domaine qu’ils envisageaient d’acheter, il a été préempté par la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) de la région, l’éventualité de l’installation d’une communauté antisystème dans le Lot ayant provoqué localement une véritable levée de bouclier (une pétition « Non à l’installation d’un groupuscule à dérives sectaires dans nos villages du Lot », sur Change.org, a ainsi récolté plus de 1400 signatures). Dans ses échanges avec le maire de la petite localité de Sénaillac-Lauzès (128 habitants), Alice Pazalmar n’aurait par ailleurs pas caché sa volonté d’attirer plus de 200 personnes sur place et, à terme, ravir la mairie.

La chaîne YouTube d’Alice Pazalmar cumule près d’1,4 millions de vues pour 32 000 abonnés. Le groupe de One Nation sur l’application de messagerie sécurisée Telegram compte près de 3 500 membres. Quant à sa page Facebook, suspendue au printemps 2021, elle cumulait plus de 33 000 abonnés.

ELLE A DIT :

« Y’a pas quelqu’un qui est mort du Covid, juste du Covid, et d’ailleurs, y’a personne qui est mort du Covid parce que y’a pas d’autopsie. Donc on peut dire qu’il y en a qui sont morts avec le Covid, mais pas du Covid. Ça c’est une grosse différence ! »

Source : YouTube, 28 avril 2020.

 

(Dernière mise à jour le 16/11/2021)