Une intox diffusée le 11 septembre 2019 par le compte Twitter @AlertesInfos.

AlertesInfos (@AlertesInfos) est un compte Twitter géré anonymement depuis mars 2018 et qui a diffusé ou relayé à plusieurs reprises de fausses informations.

Il n’y a a priori pas de rapport entre le compte Twitter @AlertesInfos et le site Alterinfos.fr, un site internet d’extrême droite, actif en 2018, et qui avait par exemple affirmé à tort qu’Emmanuel Macron voudrait « donner le droit de vote aux prisonniers djihadistes “dès 2019”. »

Cependant, comme le note le service de fact-checking de Libération, CheckNews, le compte Twitter @AlertesInfos n’est pas une source fiable, malgré ses 61 000 abonnés.

Le 31 octobre 2018, ce compte, qui prétend livrer « l’actualité en continu », a ainsi diffusé un tweet devenu rapidement viral et prétendant, à tort, qu’« une femme [avait] été égorgée à Sarcelles après les appels à la purge émis sur les réseaux sociaux par un adolescent de 16 ans. »

En novembre 2018, @AlertesInfos a publié un tweet, partagé plus de 5000 fois, affirmant que Daech menaçait la France, sur fond d’images des gilets jaunes.

Le 11 septembre 2019, à l’occasion du 18e anniversaire des attentats du 11-Septembre, @AlertesInfos a publié un tweet dans lequel il prétendait que trois ingénieurs auraient « démontré » que l’effondrement de la deuxième tour du World Trade Center (WTC) était « probablement dû à des explosifs placés aux piliers ». Interpellé sur son absence de source par le compte de fact-checking FAKE Investigation, @AlertesInfos a renvoyé vers un document posté sur le serveur de l’Université de l’Alaska, intitulé : “A Structural Reevaluation of the Collapse of World Trade Center 7”. Ce texte de 126 pages est signé d’un expert en ponts – mais pas en bâtiments –, J. Leroy Hulsey, et de deux de ses assistants nommés Zhili Quan et Feng Xiao. J. Leroy Hulsey n’a jamais travaillé sur les incendies. Avec le soutien financier de l’organisation Architects & Engineers for 9/11 Truth (AE911Truth), un collectif fondé par un dénommé Richard Gage qui défend la thèse conspirationniste de la « démolition contrôlée » des tours du WTC, lui et ses co-auteurs entendent prouver que la tour n°7 du WTC n’a pas pu s’effondrer en raison de l’incendie dont elle a fait l’objet, comme l’a établi le rapport du National Institute of Standards and Technology (NIST) rendu public en 2008. Le texte de J. Leroy Hulsey a fait l’objet d’un debunking du site Metabunk.org.

 

(Dernière mise à jour le 15/12/2019)