Alors qu’une équipe de scientifiques russes a annoncé avoir réussi à atteindre le Vostok, un lac sub-glaciaire enfoui à 3 800 mètres de profondeur, l’agence de presse RIA Novosti évoque la résurgence d’une vieille légende selon laquelle « les nazis auraient, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, construit une base au Lac Vostok ».

« En 1943, écrit RIA Novosti, le Grand Amiral Karl Dönitz aurait dit que « la flotte sous-marine allemande est fière d’avoir créé une forteresse inexpugnable pour le Führer à l’autre bout du monde », dans l’Antarctique. Selon des archives navales allemandes, quelques mois après la capitulation de l’Allemagne devant les Alliés, le sous-marin allemand U-530 serait arrivé au Pôle Sud, depuis le port de Kiel. Les membres de l’équipage auraient creusé une grotte dans la glace et y auraient soi-disant entreposé plusieurs caisses de reliques du Troisième Reich, dont les archives secrètes d’Hitler. On raconte aussi qu’un peu plus tard, le sous-marin U-977 aurait débarqué les restes d’Adolf Hitler et d’Eva Braun afin d’envisager un clonage futur à partir de leur ADN. Les sous-marins auraient alors gagné le port argentin de Mar del Plata où ils se seraient livrés aux autorités ».

Les nazis ont-ils réellement élu domicile au Pôle Sud après la guerre ? Auteur de Le nazisme revisité. L’occultisme contre l’histoire (Berg International, 2008), Stéphane François rappelle que ce mythe est apparu au tout début de la Guerre froide, sous la plume d’un certain Ladislas Szabó, « dans un livre intitulé « Je sais que Hitler est vivant » paru en 1947 » (ci-dessous).

Une base nazie au lac Vostok ?
« Par la suite, poursuit Stéphane François, cette thématique se diffusa dans les milieux restreints du néonazisme, exploitée par des auteurs de cette mouvance (Landig, Serrano, Zündel, Mattern, etc.), qui la firent connaître auprès d’un grand public demandeur de « mystères nazis » après le succès du livre de Louis Pauwels et Jacques Bergier, Le Matin des magiciens (1960). Dès lors, ce thème explosa au niveau éditorial et certains se mirent à y croire».

Voir aussi :
* Colin Summerhayes & Peter Beeching,  » Hitler’s Antarctic base: the myth and the reality « , Polar Record, n°43, 2007.