Le chercheur Robert Vachy accuse les labos de vouloir protéger leur marché en refusant de développer son remède contre le VIH et Ebola. Le problème, c’est qu’il n’a jamais réussi à prouver l’efficacité de sa molécule.

Un petit chercheur inconnu affirme avoir trouvé un remède contre le VIH. Il démarche de nombreux labos. Ils refusent tous de l’aider. Pourquoi ? Parce que sa trouvaille scientifique détruirait le marché actuel du médicament contre le VIH.

Cette histoire est celle que raconte Robert Vachy, un retraité de 82 ans qui habite Versailles. Ancien directeur des recherches cliniques dans des labos suisses, il a ensuite créé les laboratoires Gresval, et commercialisé de nombreux produits dermo-cosmétiques. Mais il dit aussi avoir trouvé un spectre de molécules, baptisé Amovir, capable de tuer certains « virus enveloppés » comme ceux de l’herpès, du sida, de l’hépatite C, d’Ebola. (…)

Lire la suite sur le site de Rue89.

Voir aussi :
* 49 % des Américains adhèrent à une théorie du complot en matière de santé