C’est l’une des théories du complot contemporaines les plus populaires. Un jeune Français de 18 à 24 ans sur trois est globalement d’accord avec l’idée que « certaines traînées blanches créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes » (source : Ifop, 2018). En Pologne, d’aucuns y voient même une opération secrète de l’OTAN (pour lutter contre le réchauffement climatique) ou un complot pour réduire la population mondiale… En réalité, les traînées de condensation laissées par le passage des avions dans le ciel ne sont en rien des épandages de produits toxiques (« chemtrails »). Mais, du fait de l’augmentation du trafic aérien, elles se sont multipliées au cours des dernières années. Dans une interview parue dans le journal polonais Gazeta Wyborcza, le géophysicien Szymon Malinowski, qui relate sa tentative de raisonner, sur Facebook, des partisans de la thèse des chemtrails, estime que « la seule chose que [puissent] faire les scientifiques, c’est donner des arguments rationnels et expliquer les relations de causalité. Ici, il s’agit de bien montrer comment apparaissent les traînées de condensation, pourquoi elles disparaissent parfois rapidement ou bien pourquoi elles se transforment en nuages – ceux que nous appelons cirrus homogenitus, ou homomutatus ». La traduction de l’article est à lire dans Courrier International.