Umberto Eco s’est éteint hier, à l’âge de 84 ans. Professeur de sémiotique à Bologne, essayiste et romancier à succès, il était notamment l’auteur du Nom de la Rose (1982), du Pendule de Foucault (1990), du Cimetière de Prague (2011) ou de Construire l’ennemi (2014).

Dans une interview au Temps, il disait sa fascination pour le complotisme :

« Les gens ne peuvent admettre que les choses arrivent « comme ça ». L’idée du complot est à la base de toute religion : il faut qu’il y ait une volonté à l’origine des événements, qu’elle soit d’origine divine ou humaine. Ainsi, le crime ou la grande catastrophe n’arrivent jamais par hasard ! Le complot machiavélique derrière les événements est une mythologie naturelle, qui répond à un besoin humain. Cela m’a toujours fasciné ».

La vidéo qui suit a été tournée en mars 2011 à Bordeaux, dans le cadre de la Semaine Digitale, à l’occasion de la parution de son roman, Le Cimetière de Prague (Grasset, 2011), récit d’un faussaire revenant sur la genèse des célèbres Protocoles des Sages de Sion.

Voir aussi :
* Pierre-André Taguieff sur  »Le Cimetière de Prague », d’Umberto Eco
* « Le racisme est une maladie mentale » (interview croisée d’Umberto Eco et de Delphine Horvilleur, 17 avril 2011)