Dans une brève publiée hier sur Causeur.fr, Gil Mihaely relève les accents conspirationnistes d’une récente allocution du président Hugo Chavez sur la situation en Syrie. Selon le chef d’Etat vénézuélien en effet, « des terroristes se sont infiltrés en Syrie, provoquant de la violence et des morts ». En d’autres termes, les manifestations en Syrie n’auraient rien à voir avec une demande authentique de libertés mais tout, au contraire, avec une manipulation fomentée depuis Washington.

Non sans ironie, Gil Mihaely s’interroge sur les motivations éventuelles d’une telle opération de déstabilisation :

« Quels sont donc ces enjeux stratégiques qui justifieraient des menées déstabilisatrices de l’Occident ? En Syrie, il n’y a ni pétrole, ni gaz, ni uranium, ni rien de semblable en sous-sol. En revanche on y produit les meilleures pistaches de la planète. (…) Il suffit de regarder les chiffres ! L’Iran dispose aujourd’hui de 33% de la production mondiale et avec l’aide la Syrie et de la Turquie, les mollahs risquent de créer un cartel, une sorte d’OPEP de l’apéro (sans alcool, hein). Le nucléaire iranien n’est qu’un écran de fumée pour masquer la mainmise de Téhéran sur le marché des pistaches (…). On comprend mieux pourquoi la CIA a monté de toute pièce – épaulée bien entendu par le Mossad – la révolution syrienne. Face à de tels enjeux, il faut assumer ses responsabilités ».

Voir aussi :
* Manifestations en Syrie : Assad et Chavez dénoncent la main de l’étranger
* Quand les conspirationnistes crient haro sur le printemps arabe