Le Parti de Gauche (PG) a mis en ligne hier soir sur son site web une déclaration prenant acte de la démission de René Balme, moins de deux semaines après la fermeture d’Oulala.net, le site conspirationniste qu’il avait créé et animait. Le PG condamne également « les théories « complotistes » d’individus comme Thierry Meyssan ».

Maire de Grigny et candidat pour le Front de Gauche dans la 11ème circonscription du Rhône aux élections législatives de 2012, René Balme était sur le point d’être entendu devant la commission de résolution des conflits du PG où il aurait été non seulement sommé de s’expliquer sur ses propres écrits et déclarations mais aussi mis face à ses responsabilités dans la diffusion massive, pendant plus de dix ans, de textes à caractère complotiste et parfois antisémite, et dans la promotion d’auteurs et de blogueurs professant notoirement de telles thèses. Prévue par les statuts du PG, cette procédure aurait pu déboucher sur une exclusion humiliante pour celui qui revendiquait fièrement être à le créateur et le rédacteur en chef du site Oulala.net. Un risque auquel René Balme a, selon toute vraisemblance, préféré se soustraire en quittant prématurément le parti de Jean-Luc Mélenchon.

Dans son communiqué, le PG regrette que « cette décision personnelle ne [permette plus] qu’une discussion ouverte et mutuellement argumentée se mette en place avec [René Balme] dans le but d’œuvrer à une clarification nécessaire, suite aux faits avancés et commentés dans l’article publié le 30 mai 2012 par le site Rue89 ».

Après avoir réaffirmé la centralité de « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme », le PG lance un appel à la vigilance à l’intention de ceux de ses adhérents « qui peuvent être amenés à parler en son nom ou le représenter » :

« Nous tenons ainsi à réaffirmer qu’en aucun cas, il n’est concevable que des militants, de surcroît des responsables ou toute personne se prévalant de son appartenance à notre parti dans la vie publique, puissent participer, directement ou indirectement, à ouvrir des espaces publics aux promoteurs d’idées racistes, antisémites ou négationnistes.

En effet, pour ne pas banaliser ce type de parole, il importe de condamner avec la plus grande fermeté ceux qui la véhiculent. A ce titre, des individus comme Dieudonné, Alain Soral ou Paul-Eric Blanrue sont connus pour multiplier publiquement depuis longtemps les déclarations antisémites ou promouvoir des historiens négationnistes comme Robert Faurisson. Ils sont d’ailleurs chacun des adversaires déclarés du PG et du Front de Gauche qu’ils méprisent d’ailleurs régulièrement dans leurs publications ou leurs sites. De même, nous ne partageons en rien les théories « complotistes » d’individus comme Thierry Meyssan. Et même, nous les condamnons ».

Suite aux révélations des sites Rue89 et StreetPress.com, René Balme avait été maintenu dans son investiture par le Front de Gauche et avait reçu le soutien de plusieurs associations locales (le Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, la section rhodanienne du PCF, la section lyonnaise de l’UJFP…), ainsi que de plusieurs personnalités comme Paul Ariès, directeur du journal Le Sarkophage, ou encore Maxime Vivas et Viktor Dedaj, les animateurs du site LeGrandSoir.info. Le site d’extrême droite Vox N-R avait salué le « courage » de René Balme, de même que le site conspirationniste ReOpen911, celui de Paul-Eric Blanrue (ici et ) ou celui de Silvia Cattori.

Mise à jour (06/07/2012) :
Dans un texte mis en ligne hier sur son site internet, René Balme a réagi à la déclaration publiée la veille par le Parti de Gauche dont il a, explique-t-il, démissionné le 18 juin dernier par un courrier resté sans réponse. Reprochant au Parti de Gauche d’avoir « privilégié le « politiquement correct » [et] décidé de courber l’échine face aux promoteurs de la pensée unique », Balme a réitéré sa conviction qu’une « campagne de dénigrement et de diffamation » a été « orchestrée » à son endroit « par certains sites internet largement soutenus par le monde de la finance ».

Le Monde.fr rapporte par ailleurs la version de Martine Billard, co-présidente du Parti de Gauche : « On avait prévu d’avoir une discussion avec lui mais il nous a annoncé qu’il quittait le PG au motif que nous n’ayons pas fait de communiqué de soutien. (…) On ne peut pas être dans un parti qui lutte quotidiennement contre l’antisémitisme et donner la parole à des gens qui en font la promotion. C’est contradictoire ».

Voir aussi :
* Le Parti de gauche condamne Dieudonné, Blanrue et Meyssan (Rue89)
* René Balme quitte le Parti d
e gauche, Oulala.net ferme ses portes
(Le Monde.fr)