Définition
Au sens fort, le conspirationnisme désigne l’attitude consistant à remettre en cause abusivement l’explication communément admise de certains phénomènes sociaux ou événements marquants au profit d’un récit explicatif alternatif qui postule l’existence d’une conspiration et dénonce les individus ou les groupes qui y auraient pris part.

« abusivement » : le récit proposé s’affranchit des règles élémentaires du raisonnement scientifique, notamment en écartant systématiquement les éléments qui seraient de nature à le contredire ou – lorsqu’il consent à les examiner – en échouant à les réfuter de manière satisfaisante.

« postule » : la conspiration n’est jamais démontrée.

Origine
Le mot « conspirationniste », nom commun et adjectif, a fait pour la première fois son entrée dans l’édition 2012 du Petit Larousse Illustré. Selon le Petit Robert 2014, qui le définit comme une « personne qui défend la théorie d’une conspiration organisée pour manipuler l’opinion », le terme est apparu en 1986 suivi en 1991 par le substantif « conspirationnisme ». Plus récent et moins répandu que l’expression « théorie du complot », il a toutefois intégré les lexiques universitaire, politique et médiatique. On constate une multiplication très nette de leurs occurrences depuis la fin des années 1990.

Théorie du complot et conspirationnisme
Il convient de distinguer entre « théorie du complot » et « conspirationnisme », souvent entendus, à tort, comme synonymes. Une théorie du complot est un récit circonstancié tandis que le conspirationnisme est un mode de discours. Plus précisément, c’est le discours qui fournit leur structure narrative à toutes les théories du complot. En outre, le discours conspirationniste a une structure très proche du discours négationniste avec lequel il ne se confond pourtant pas complètement dans la mesure où il n’a pas vocation à nier l’existence d’un événement mais à l’expliquer différemment.

(Dernière mise à jour : 10/07/2014)