A l’approche des élections législatives pakistanaises, un livre accuse Imran Khan, ancien champion de cricket et l’un des deux favoris du scrutin du 25 juillet prochain, d’entretenir des « liens étroits avec des sionistes actifs » ainsi qu’avec la famille Rothschild. L’auteure de l’ouvrage, dont le manuscrit a fuité sur internet, n’est autre que son ex-épouse : Reham Khan, 45 ans, ancienne journaliste de la BBC qui fut mariée pendant 10 mois à Imran Khan en 2015. Ces accusations pourraient-elles compromettre les ambitions du leader du Mouvement pour la justice au Pakistan (Tehreek-e-Insaf) ? Salman Zaidi, directeur de l’Institut Jinnah, un think tank basé à Islamabad, rappelle qu’Imran Khan « a toujours nié ses supposées connexions israéliennes » et qu’il « est aussi anti-Israel et pro-Palestine que le reste du Pakistan » mais qu’il « a toujours reçu des piques de l’extrême droite concernant son mariage avec Jemima [Goldsmith] ». Celle-ci, héritière d’un millionnaire juif britannique, a épousé Imran Khan en 1995 après s’être converti à l’islam. Les époux ont divorcé en 2004 après avoir eu deux enfants. Une enquête à lire sur le site de Haaretz (15 juillet 2018).