Sympathisants d’extrême-droite et d’extrême-gauche sont plus enclins que les autres à adopter les théories du complot, selon une étude néerlandaise publiée ce mois de janvier.

"Pfff, c’est trop gros pour être vrai." Qu’il s’agisse du 11 septembre, de la guerre en Ukraine ou plus récemment des attentats à Paris, certains ne peuvent s’empêcher de douter de la version officielle des faits. Qui sont les "conspirationnistes"? Une étude néerlandaise publiée le 12 janvier dernier repérée par le site psmag.com donne des éléments de réponse.

Principal enseignement : ceux qui se situent à l’extrême-gauche ou à l’extrême-droite de l’échiquier politique seraient les plus enclins à relayer les thèses complotistes. "Ils perçoivent leurs idées politiques comme l’explication logique et unique aux problèmes de société", analyse l’équipe qui a publié cette étude dans le Social Psychological & Personality Science journal. (…)

Lire la suite sur le site de L’Express.