Les conspirationnistes investissent le Parlement canadien
Polémique au Canada. En juin dernier, la députée du Nouveau Parti démocratique (NPD), Libby Davies, déposait à la Chambre des communes une pétition rédigée par le 9/11 Truth Movement et signée par 500 personnes.

Le document accuse « des éléments au sein du gouvernement » américain de « complicité de meurtre » pour avoir orchestré les attentats du 11 septembre 2001. Il demande aux autorités canadiennes de mener leur propre enquête sur les événements afin de « poursuivre en justice les vrais coupables devant les juridictions internationales ».

Les conspirationnistes de tous poils y voient un soutien du NPD à leurs thèses. Le NPD indique toutefois qu’il s’agit là d’une « interprétation erronée de [sa] position » sur le 11 septembre. Karl Bélanger, porte-parole de Jack Layton, le leader du parti, a indiqué que le NPD « n’embarquait pas dans ces théories du complot ». Selon lui, il arrive « de temps en temps que des pétitions sur des sujets jugés hors normes par différentes personnes soient déposées par les députés du NPD lorsque le nombre de signataires est suffisant ». Il revient au député de « prendre la décision » de présenter ou non à la Chambre ce type de pétitions.

Le fait est que la pétition du 9/11 Truth Movement faisait partie d’un lot de trois pétitions présenté par Libby Davies à ses collègues députés fédéraux (les deux autres portaient sur les produits de santé naturels et sur le transport des animaux).

Libby Davies prend ses distances à l’égard d’un texte gênant qu’elle dit ne pas avoir signée. Connue pour ses prises de position contre la guerre en Irak ou en faveur des couples homosexuels, elle n’a jamais soutenu, semble-t-il, ce genre de thèses. Reste que Libby Davies n’a pas voulu indiquer au journal canadien francophone Le Devoir s’il se pourrait qu’en présentant des pétitions qu’elle ne soutient pas nécessairement – simplement pour rendre service à ses concitoyens – elle en arrive à l’avenir à présenter à ses collègues d’autres pétitions visant, par exemple, des communautés ethniques ou religieuses.

Le NPD compte 30 sièges sur 308 à la Chambre des communes du Canada. Il est membre de l’Internationale socialiste.

Source : Le Devoir du 26-27 juillet 2008.