L’anthropologue Dounia Bouzar, qui dirige le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI), était hier soir l’invitée du Grand Journal de Canal + pour commenter l’arrestation d’une jeune fille suspectée d’avoir voulu se rendre en Syrie pour faire le djihad. Selon elle, Internet est « le support privilégié de l’embrigadement » de nombreux jeunes européens dans l’islam radical et la théorie du complot agirait, à cet égard, comme un puissant vecteur de radicalisation (écouter à partir de 6’50’’) :

« Au départ, ça peut être des vidéos qui vous font croire que vous vivez dans un monde de mensonges. Ça commence par : « vous mangez des choses dégueulasses  » ; « on vous fait manger des choses dangereuses » ; « on vous ment à la télé » ; « on vous ment sur la politique » ; « ce sont tous des vendus »…

On vous met dans une position où vous êtes – adolescents – en rejet du monde réel, où ce n’est que complots, ce n’est que des mensonges. Et petit à petit, de vidéos en vidéos, avec le système de Google, on vous fait voir le monde en noir.

Arrive le moment où l’on vous dit que c’est effectivement les Juifs, les Croisés, qui manipulent tout ça pour leur pouvoir, et où on vous fait basculer, c’est-à-dire vous rejetez le monde réel, et on vous dit : « seule la confrontation finale pour sauver le monde et régénérer le monde est la voie de sortie ». Ca peut commencer par les OGM (…). C’est très très bien fait, et ça on ne l’a découvert que cet été. On travaille fort pour voir comment un gosse peut basculer en trois semaines alors qu’il est bon élève, heureux, et comment cet endoctrinement peut être aussi rapide et fulgurant ».