Pour la moitié des Français, "ce n’est pas le gouvernement qui gouverne" car "on ne sait pas en réalité qui tire les ficelles". Vieilles histoires que celles des théories des complots en tout genre qui fleurissent, puis vont et viennent au gré et de l’actualité et des moyens de communication.

Pour la première fois, une étude d’ampleur, dont Le Monde a la primeur, a été réalisée en France pour savoir qui sont les adeptes des théories conspirationnistes et quels groupes sont soupçonnés de manoeuvrer en coulisse pour dominer un secteur, voire le monde entier. L’étude a été lancée dans plusieurs pays par le think tank britannique Counterpoint ; elle a été financée par l’Open Society, la fondation du milliardaire américain George Soros.

Cette enquête a été menée en marge de la traditionnelle enquête postélectorale du Centre de science politique de Science Po, le Cevipof. Deux questions ont été ajoutées à celles, plus classiques, concernant les revenus, la composition du foyer ou les votes aux dernières élections. Elles ont été posées, en mai 2012, par Opinion Way à quelque 2 500 personnes. (…)

Lire la suite sur Le Monde.fr (édition abonnés).

Lire le communiqué de presse de Counterpoint sur cette étude.

Lire le rapport complet : "Conspiracy theories in France. Interim report" (en anglais).

Voir aussi :
* Le conspirationnisme, nouvelle "pensée unique" des Américains ?
* 11-Septembre : non, 58% des Français ne croient pas à la théorie du complot, par Nicolas Gauvrit et Valéry Rasplus
* Qui sont ces Français qui croient aux théories du complot et pour qui votent-ils ? (entretien avec Joël Gombin), Atlantico, 8 mai 2013.