Jeudi 14 juin, Alison Chabloz, qui est aussi l’une des négationnistes les plus connues du Royaume-Uni, a été condamnée à une peine de 20 semaines de prison avec sursis, suspendue pendant une durée de deux ans. La chanteuse britannique, âgée de 54 ans, avait été, le 25 mai dernier, reconnue coupable d’avoir diffusé des messages offensants, indécents ou menaçants dans des chansons antisémites publiées sur YouTube. Dépeinte comme une martyre de la liberté d’expression par l’extrême droite britannique, qualifiée d’« héroïne de la liberté d’expression » par le conspirationniste antisémite canadien Brian Ruhe, Alison Chabloz promouvait notamment dans ses chansons l’idée d’un complot juif mondial. Elle avait qualifié l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale d’« amas de mensonges ». Elle devra suivre un stage de réadaptation de 20 jours et s’acquitter de 180 heures de travaux d’intérêt général. Il lui est également interdit de publier quoi que ce soit sur les réseaux sociaux pendant un an.