Les théories du complot sont dans le viseur de l’exécutif français. Après Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin, c’est François Hollande lui-même qui a fait part de son intention de lutter contre la diffusion des « thèses complotistes » sur internet.

Présent mardi 27 janvier au Mémorial de la Shoah à Paris, à l’occasion du 70e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, le chef de l’État a ainsi annoncé le lancement d’un « plan global de lutte contre le racisme et l’antisémitisme », organisé autour de trois idées : la sécurité, l’éducation et la « régulation du numérique ». Car selon le chef de l’État, il faut « prendre conscience que les thèses complotistes prennent leur diffusion par internet et les réseaux sociaux ». (…)

Lire la suite sur le site du Lab d’Europe 1.