Faurisson, Soros, Pittsburgh : l’essentiel de la semaine

Faurisson, Soros, Pittsburgh : l’essentiel de la semaine

Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme.

“Robert Faurisson. Portrait d’un négationniste”, de Valérie Igounet (Denoël, 2012)

ROBERT FAURISSON. Robert Faurisson (1929-2018) a consacré un demi-siècle de son existence à nier la réalité des chambres à gaz et du génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est décédé d’une crise cardiaque le 21 octobre 2018 à Vichy où il résidait. Conspiracy Watch revient sur le parcours d’un homme plusieurs fois condamné pour ses propos par la justice française, et finalement reconnu par elle, dans un arrêt confirmé le 12 avril 2018 par la Cour d’appel de Paris,  comme « un menteur professionnel », un « falsificateur » et « un faussaire de l’histoire » (source : Conspiracy Watch, 22 octobre 2018). Contrairement à ce qui figurait dans certains commentaires, ignorants ou complaisants, qui ont accompagné cette disparition, Faurisson – spécialiste de littérature et non historien – n’était pas révisionniste mais négationniste. On lira ou on relira avec bénéfice l’ouvrage de Valérie Igounet Robert Faurisson. Portrait d’un négationniste ainsi que les vidéos de Conspiracy Watch consacrées au sujet : Qu’est-ce que le négationnisme ? et Le procès Faurisson – Chemin. Valérie Igounet était également l’invitée de France Culture, la semaine écoulée, dans les programmes « La question du jour » (23 octobre 2018) et « Les idées claires » (24 octobre 2018). Dans Slate, Antoine Hasday rappelle la convergence entre la démarche a-historique qu’est le négationnisme et les autres théories complotistes (source : Slate.fr, 24 octobre 2018). Comme cela était prévisible, l’annonce de ce décès a suscité les hommages de ses plus fervents partisans : Alain Soral, Dieudonné, Vincent Reynouard, Hervé Ryssen ou encore Jérôme Bourbon (source : Conspiracy Watch, 22 octobre 2018). Celui rendu par Dieudonné M’Bala M’Bala sur Twitter a entraîné le dépôt d’une plainte à son encontre par l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) pour contestation de crime contre l’humanité. Robert Faurisson est mort mais, à l’évidence, ses thèses comme ses méthodes risquent de lui survivre longtemps.

DIEUDONNÉ M’BALA M’BALA. Depuis plus de deux ans, une fresque d’un artiste local représentant le portrait de Dieudonné M’Bala M’Bala, plusieurs fois condamnée pour incitation à la haine raciale pour des propos antisémites, orne le mur d’un ensemble HLM de la ville de Sélestat (Bas-Rhin). « Je ne veux plus voir le visage de Dieudonné à Sélestat », explique la conseillère municipale écologiste d’opposition de la ville, Caroline Reys, qui en demande l’effacement. En vain pour l’instant (source : TimesofIsrael.com, 22 octobre 2018).

« RADICALITÉ INFORMATIONNELLE ». En septembre et octobre 2016, une équipe de chercheurs du CNRS dirigée par Anne Muxel et Olivier Galland ont conduit une enquête auprès de de plus de 7000 élèves de seconde de 21 lycées publics des académies de Lille, Créteil, Dijon et Aix-Marseille. Les résultats de cette vaste enquête ont été publiés au printemps dernier sous le titre La Tentation radicale (PUF, 2018). Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre y signent le chapitre consacré à la radicalité informationnelle et aux théories du complot. Ils ont accepté de répondre aux questions de Conspiracy Watch (source : Conspiracy Watch, 23 octobre 2018).

GEORGE SOROS. Le lundi 22 octobre, un engin explosif a été retrouvé au domicile de George Soros. C’était le premier d’une série de colis suspects adressés ces derniers jours à Hillary Clinton, Barack Obama, Joe Biden, l’ex-directeur de la CIA John Brennan, Robert De Niro, et d’autres personnalités liées au Parti démocrate. Tandis que l’organisation de lutte contre l’antisémitisme Anti-Defamation League (ADL) a récemment souligné une nouvelle fois la dimension antisémite des théories du complot visant le milliardaire américain d’origine hongroise, Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt ont tenté de répondre sur France Inter à la question de Sonia Devillers : « Pourquoi George Soros est-il l’objet de toutes les théories du complot ? » (source : France Inter, 25 octobre 2018). Il faut dire que rien ne semble pouvoir tarir le flot de délires conspirationnistes entourant la personne de Soros (source : Conspiracy Watch, 25 octobre 2018).

COLIS PIÉGÉS. Cesar Sayoc, l’homme suspecté d’être l’auteur des envois de colis piégés à différentes personnalités proches du parti démocrate aux États-Unis, a été arrêté le 26 octobre par le FBI. Raciste, anti-démocrate, pro-Trump, sa page Facebook exploitait allègrement les théories complotistes. Plusieurs de ses posts s’en prenaient à « Obama le nègre », accusé d’être un « terroriste musulman » (source : 20 Minutes, 26 octobre 2018). Cette affaire survenant à quelques semaines des élections de mi-mandat aux États-Unis, de nombreux adeptes de la théorie du complot, tel qu’Alex Jones, y ont vu un false flag et ont accusé les démocrates d’être à l’origine de ces envois (source : Le Monde, 26 octobre 2018).

JUSTICE. Dans une interview à France Inter, l’ancien Garde des Sceaux et président du Conseil constitutionnel Robert Badinter a critiqué les attaques politiciennes mettant en cause l’indépendance de la justice. Un extrait à réécouter :

FRANÇOIS BURGAT. Le 18 octobre dernier, le politologue François Burgat a commenté sur Twitter un livre sur le coup d’Etat du 15 juillet 2016 en Turquie. « Une thèse substantiellement différente de celle dont nous abreuvent les chaînes de la “télavivision” française » écrit l’islamologue, concluant son message par un smiley. Formé à partir de « Tel-Aviv » et « télévision », le terme « télavivision » est un jeu de mots suggérant que les chaînes de télévision française sont sous le contrôle de Tel-Aviv, ville côtière israélienne considérée par l’essentiel de la communauté internationale comme la capitale de facto de l’Etat hébreu. Une allégation stéréotypée dont le politologue est devenu coutumier (source : Conspiracy Watch, 27 octobre 2018).

PITTSBURGH. Le 27 octobre au matin à Pittsburgh (Pennsylvanie, USA), un homme a fait irruption dans une synagogue et a ouvert le feu sur les fidèles. La fusillade a causé la mort d’au moins onze personnes. Six autres, dont quatre policiers, ont été blessées. L’assassin, Robert Bowers, aurait crié, au moment d’attaquer : « Tous les juifs doivent mourir. » Blessé, il a pu être arrêté (source : Le Parisien, 28 octobre 2018). Suprémaciste blanc, âgé de 46 ans, Bowers est un adepte des thèses antisémites qu’il partageait notamment sur Gab, plateforme de l’Alt-Right américaine. La société Joyent, qui fournit l’accès à Internet à Gab, a annoncé qu’elle mettait fin à l’activité de cette plateforme. Le service de paiement en ligne Paypal a également annoncé qu’il excluait Gab, « en raison des discours de haine colportés sur ce site avec la bienveillance de ses administrateurs. » (source : Le Monde, 28 octobre 2018). Robert Bowers est persuadé qu’un vaste complot juif est derrière l’immigration de masse aux Etats-Unis. L’un des dangers du conspirationnisme est précisément de fournir à l’acte criminel un discours de justification. C’est là l’un des enseignements que Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, tire de ces événements  (source : Facebook, 28 octobre 2018).

En bref

CONSPIRACY NEWS

SONDAGE IFOP 2018

CW sur Twitter

Soutenez-nous

Vos dons nous permettent de continuer à vous proposer gratuitement des contenus originaux nourris aux meilleures sources.