Environ 2000 enfants migrants ont été séparés de leurs parents depuis la mi-avril selon l’Administration américaine, dans le cadre de la politique de « tolérance zéro » en matière d’immigration. Sur les réseaux sociaux, un post viral daté du 17 juin, partagé des dizaines de milliers de fois, prétend, photo à l’appui, que les enfants placés en détention à la frontière américano-mexicaine sont numérotés et suggère une analogie avec les numéros tatoués sur les bras des déportés dans les camps de concentration par les nazis. C’est faux, comme le montre le site de fact-checking Snopes.com. La photo en question illustrait une tribune publiée par le New York Times le 16 juin dernier. Elle était assortie de la légende suivante : « Un garçon et un père du Honduras ont été placés en garde à vue par des agents de la police des frontières des États-Unis près de la frontière mexicaine, mardi ». Un examen plus approfondi de l’image montre en outre que le numéro 47, que l’enfant porte sur son tee-shirt, fait partie du tee-shirt. L’intox est apparue alors que des médias américains ont révélé que les mineurs séparés de leurs parents sans-papiers étaient parfois détenus dans des cages en fer