Cynthia McKinney, Matthias Chang et les ''créanciers de l’Ombre''

Eustace Mullins est un auteur peu connu en France. Collaborateur régulier du journal d’extrême droite American Free Press, Mullins est un plumitif néo-nazi qui a publié en 1968 l’un de ses plus grands succès : The Biological Jew édité par l’Aryan League of America. Il y écrit que le peuple juif répond à la définition scientifique du parasite.

Dans un livre intitulé The Curse of Canaan: A Demonology of History (lire ici), Mullins soutient que les Juifs (qu’il appelle parfois les « Canaanites ») descendent littéralement de Satan. Il fait remonter le fantasmatique « complot judéo-maçonnique international » à l’antique Babylone. Eustace Mullins est aussi l’auteur de Adolf Hitler: An Appreciation, une apologie du Führer dans laquelle il reproche aux « banquiers juifs internationaux » et à leur marionnette, le président Franklin D. Roosevelt, d’être à l’origine du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Il s’est également distingué par ses écrits négationnistes comme « The Holocaust Explained », publié par la Christian Defense League.

La lecture des ouvrages d’Eustace Mullins est recommandée par le leader de la Nation of Islam, Louis Farrakhan. Mais ses thèses sont également recyclées par un auteur malaisien du nom de Matthias Chang, qui tient véritablement Mullins pour son mentor. Chrétien d’origine chinoise, Matthias Chang est un proche conseiller de l’ancien Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad (auquel Conspiracy Watch a déjà consacré une note) avec qui il a créé la Kuala Lumpur Foundation to Criminalise War. Une fondation apparemment animée des meilleures intentions du monde mais dont le site internet met en ligne des textes violemment antisémites comme, par exemple, « The Jews’ Psychic, the United States’ Blasphemy and the Palestinians’ Miseries ».

Contributeur régulier du site Mondialisation.ca de Michel Chossudovsky, Matthias Chang est l’auteur de trois best-sellers publiés aux États-Unis et en Malaisie : Future FastForward ; Brainwashed for War, Programmed to Kill ; et The Shadow Money-Lenders and the Global Financial Tsunami. La couverture de son livre, Future FastForward: The Zionist Anglo-American Empire Meltdown (ci-dessus) est d’ailleurs éloquente. Dans cet ouvrage, Matthias Chang dénonce une « cabale américano-anglo-sioniste » visant à susciter des conflits à travers le monde. Les deux Guerres Mondiales, la Guerre froide, les interventions américaines en Afghanistan et en Irak, toutes ses guerres résultent, selon Matthias Chang, de « tentatives sionistes ». Le livre peut être commandé directement auprès de la rédaction d’American Free Press. Il a valu à Chang d’être invité à la fameuse Conférence sur l’Holocauste qui s’est tenue à Téhéran en décembre 2006 à l’initiative du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lieu de rencontre de tous les négationnistes de la planète. Chang a conclu sa communication, sobrement intitulée « The Zionists’ Insidious Benchmark for War Atrocities », par ces mots : « Nous devons mettre en place une commission internationale de juristes visant à réexaminer les conclusions du Tribunal militaire de Nuremberg. Nous devons mettre en place un Tribunal jugeant les crimes de guerre des puissances alliées durant la Seconde Guerre mondiale. Nous devons mettre en place un Tribunal jugeant les crimes de guerre de tous les leaders sionistes, et tout spécialement les leaders passés et présents de l’Etat d’Israël ».

Dans The Shadow Money-Lenders and the Global Financial Tsunami, Chang pourfend les « banquiers internationaux » qui tireraient les ficelles depuis des décennies et seraient à l’origine d’une vaste conspiration qui aurait abouti à la création du capitalisme et du socialisme. Ces « banquiers » seraient derrière la Révolution bolchévique de 1917, la création du mouvement sioniste et de la Réserve fédérale (FED). Le tout est asséné à coups de citations piochées dans les ouvrages… d’Eustace Mullins.

Surprise : le même livre est chaudement recommandé par Cynthia McKinney, ancienne candidate du Green Party aux élections présidentielles américaines de 2008, dans une longue tribune datée du 20 avril 2009. Dans son article, McKinney s’en prend à George Soros et au président de la FED, Alan Greenspan (qualifié de « criminel de guerre international » par Chang), pour avoir sciemment déstabilisé l’économie mondiale. Elle n’hésite pas à reprendre à son compte l’expression de « Shadow Money-Lenders » (« les créanciers de l’Ombre ») forgée par Chang.

Cynthia McKinney, Matthias Chang et les ''créanciers de l’Ombre''
C’est que Cynthia McKinney connaît bien Matthias Chang et l’ancien Premier ministre malaisien. Du 5 au 7 février 2007, elle a été invitée par la Perdana Global Peace Organisation (fondée et présidée par Mahathir Mohamad) à participer à une conférence à Kuala Lumpur intitulée « Expose War Crimes – Criminalise War International Conference », aux côtés de Matthias Chang, Ramsey Clark (l’ancien avocat de Saddam Hussein), Michel Chossudovsky (Mondialisation.ca) et du Dr. Leuren Moret. Ce dernier y a dénoncé le complot de l’« empire économique anglo-sioniste » pour réduire la population mondiale à coups de bombes à l’uranium appauvri (lire ici). Conclusion de Cynthia McKinney : « Kuala Lumpur e
st devenue la capitale mondiale de la paix »
.L’année dernière, en février 2009, McKinney est retournée à Kuala Lumpur à l’invitation de Matthias Chang et de Mahathir Mohamad à une conférence sur la Palestine. Le 31 mars 2009, elle a une nouvelle fois participé à une conférence antisioniste organisée à Londres et sponsorisée par la Kuala Lumpur Foundation to Criminalise War, en présence du rabbin Aharon Cohen des Neturei Karta, un groupuscule de juifs ultra-orthodoxes passés maîtres dans l’art de cautionner les pires dérives antisémites sous prétexte d’antisionisme (ils avaient notamment pris part à la conférence négationniste iranienne de 2006).

Cynthia McKinney est l’une des porte-paroles du 9/11 Truth Movement. Les textes de trois de ses interventions publiques sur le 11-Septembre sont reproduits en annexe du livre de Thierry Meyssan, Le Pentagate (éd. Carnot, 2003). Le 9 octobre dernier, elle a été accueillie à la mairie du 2ème Arrondissement de Paris pour une conférence de presse sur les attentats du 11 septembre 2001 couverte par John Paul Lepers et Hicham Hamza de LaTéléLibre.fr (voir ici). On l’y voit fraterniser autour d’un verre avec l’ex-eurodéputé italien Giulietto Chiesa (auteur du film Zero), l’acteur Mathieu Kassovitz et AtMOH, le fondateur de ReOpen911.info. Nous y reviendrons.