Des gros titres aux petites infos passées inaperçues, Conspiracy Watch vous propose son récap’ du mois d’août 2018.

Jeremy Corbyn sur PressTV (“Remember Palestine”, 12 août 2012)

LABOUR. Des propos conspirationnistes de Jérémy Corbyn, chef du Parti travailliste, tenus en 2012, et qui étaient restés inaperçus à l’époque, ont resurgi en juillet 2018 dans le Guardian. Sur la chaîne de la télévision d’État iranienne, PressTV, Corbyn attribuait à Israël un attentat jihadiste perpétré contre un poste-frontière dans le Sinaï, en Égypte (source : Conspiracy Watch, 30 juillet 2018). Damien Enticott, Un élu travailliste de Bognor Regis (Ouest de l’Angleterre), a par ailleurs été suspendu de son parti pour avoir partagé sur Facebook, le 27 juillet, un post violemment antisémite accusant les Juifs de boire le sang des bébés. Enticott a assumé être l’auteur du post et d’autres du même type, affirmant qu’il est « antisioniste, pas antisémite » (source : Conspiracy Watch, 30 juillet 2018). Corbyn a fini par admettre l’existence d’un « réel problème d’antisémitisme » au Labour Party, dans une tribune parue dans le journal The Guardian le 4 août (source : Le Nouvel Observateur, 4 août 2018). Il va toutefois avoir du mal à « éliminer l’antisémitisme du parti et restaurer la confiance » : le 19 août, Chris Williamson, député travailliste proche de Corbyn a exprimé son soutien à Vanessa Beeley, une bloggeuse habituée des sorties antisémites et complotistes. Intervenante dans les médias russes pro-Kremlin, Beeley avait notamment déclaré, en 2015, après les attaques de Charlie Hebdo et du 13-Novembre, que « les sionistes dirigent la France » (source : The Times of Israël, 23 août 2018).

CHEMTRAILS. Olivier Boucher, directeur de recherche au Laboratoire de Météorologie dynamique du CNRS, répond pour France culture à la question « les avions diffusent-ils des produits chimiques à notre insu ? »« Les chemtrails sont une vue de l’esprit », affirme le climatologue qui passe en revue les questions et les doutes qu’inspirent les traînées blanches laissées par les avions (source : « Les idées claires », France culture, 28 juillet 2018).

TWITTER. Le 31 juillet 2018, la plateforme de microblogging a conduit une opération de nettoyage pour lutter contre les faux utilisateurs et supprimer les comptes inactifs. Un million de comptes Twitter ont ainsi été suspendus. Les erreurs de calibrage de l’opération ont pu conduire à des suspensions accidentelles et à la chute, pour certains d’entre eux, du nombre de leurs abonnés. Face aux bugs, rapidement rectifiés, de nombreux internautes, notamment supporters français des formations politiques d’opposition, ont crié à la censure et au complot (source : Francetvinfo.fr, 1er août 2018).

ANTISÉMITISME. L’Anti-Defamation League a publié au début du mois de mai 2018 les résultats d’une étude sur la manière dont l’antisémitisme s’exprime sur Twitter. Elle confirme la centralité de l’imaginaire complotiste dans l’hostilité visant les Juifs. Conspiracy Watch rend compte en détail de cette étude inédite (source : Conspiracy Watch, 3 août 2018).

NÉGATIONNISME. La justice allemande a confirmé le 3 août 2018 que le fait de nier le génocide des Juifs par les nazis ne relevait pas de la liberté d’expression. Le tribunal constitutionnel avait été saisi par Ursula Haverbeck, 89 ans, figure de proue du négationnisme allemand, condamné à plusieurs reprises pour avoir nié la réalité de la Shoah (source : L’Orient du Jour/AFP, 3 août 2018).

QANON. Lors d’un meeting de Donald Trump à Tampa (Floride, USA), le 31 juillet 2018, plusieurs membres de l’assistance portaient des T-shirts « QAnon » et des pancartes affirmant « Nous sommes Q ». QAnon est le nom de cette théorie selon laquelle un mystérieux fonctionnaire qui aurait accès à des informations classées « secret défense » («  Q » pour question, « Anon » pour anonyme) délivrerait des prédictions sous la forme de questions énigmatiques. Pour les partisans les plus fervents de Q, qui met en cause une prétendue organisation criminelle impliquant les Clinton, les Obama, les Rothschild et George Soros, Donald Trump sèmerait lui-même des indices validant leur théorie. L’influence du complotisme autour de Q inquiète, d’autant que certains adeptes se sont déjà montrés prêts à recourir à la violence (source : actu.orange.fr/AFP, 3 août 2018).

VENEZUELA. Après avoir échappé à un attentat le 4 août 2018, Nicolas Maduro a multiplié les accusations contre son homologue colombien, le président Juan Manuel Santos. Avec une énorme inflation et la crise de subsistance que connaît le pays, il est commode pour le président vénézuélien de désigner un complot ourdi contre son régime de la part d’un pays voisin avec lequel les relations diplomatiques sont profondément dégradées (source : France Inter, 6 août 2018).

ALEX JONES. Au début du mois d’août, les géants d’Internet ont lancé une offensive contre le conspirationniste Alex Jones. Le fondateur du site InfoWars a été privé d’accès à Facebook, Youtube, Apple et Spotify, plateformes par lesquelles il propage ses discours haineux, enfreignant par là même le règlement de ces hébergeurs. Alex Jones a immédiatement reçu le soutien de sites et de personnalités de l’extrême droite criant au complot. Twitter a pour sa part maintenu les comptes de Jones et d’InfoWars, estimant qu’ils ne violaient pas son règlement (source : actu.orange/AFP, 6 août 2018). Reste à savoir si ces mesures entameront l’influence de celui qui a bâti une véritable fortune grâce à son site de vente InfoWars Life « qui rapporterait selon Jones entre 45 et 50 millions de dollars par an » (source : Le Monde, 10 août 2018).

L’INFORMATRICE ZÉLÉE. Le 8 août 2018, Twitter a suspendu le compte « L’Informatrice zélée » qui sévissait depuis 7 ans et totalisait près de 35.000 abonnés. Créé anonymement et affichant une photo de profil usurpée, ce compte s’est présenté successivement comme celui d’une « journaliste », « professeur de philosophie et de théologie comparée », « femme rabbin dans la vie privée », mariée, mère de deux enfants, se prénommant « Esther » et « d’origine séfarade » : des allégations évidemment invérifiables mais destinées à brouiller les pistes compte tenu du caractère antisémite, complotiste, négationniste et homophobe des posts qu’il diffusait (source : Conspiracy Watch, 9 août 2018).

ETATS-UNIS. Promoteur de théories du complot antisémite dans une émission de radio dont il est l’animateur, Steve West a remporté haut la main les primaires du Parti républicain à la Chambre des Représentants pour le siège du comté de Clay (Missouri). « Hitler avait raison », a notamment déclaré Steve West à la radio KCXL en janvier 2017. Celui qui fera face au démocrate sortant John Carpenter en novembre prochain est également l’auteur de propos homophobes et racistes (source : JTA, 10 août 2018). Steve West est le troisième candidat de ce genre après Arthur Jones et John Fizgerald (source : Conspiracy Watch, 9 juillet 2018).

« ANCIEN MONDE ». Le 3 août 2018, le « documentaire » « Bâtisseurs de l’ancien monde » a été diffusé public à la Corroirie du Liget (Indre). La thèse du film repose sur l’idée qu’une civilisation humaine avancée a précédé la nôtre. Le réalisateur, Patrice Pouillard, récuse l’étiquette de complotiste alors même qu’il met en cause l’origine des grandes réalisations de l’humanité (Pyramides d’Égypte, statues de l’Îles de Pâques…) et conteste les travaux scientifiques qu’elles ont suscités, sans apporter le moindre début de preuve (source : La Nouvelle République, 17 août 2018).

WORDPRESS. La principale plateforme d’hébergement de sites web, WordPress, a changé ses règles et interdit désormais les sites promouvant certaines théories du complot. Automattic, la société qui gère WordPress a interdit la « publication nuisible et non autorisée d’images identifiables de mineurs », en référence à l’utilisation par certains sites complotistes de photographies d’enfants tués à l’école Sandy Hook de Newtown (2012). L’entreprise en a profité pour supprimer plusieurs blogs conspirationnistes (source : Le Monde, 17 août 2018).

MALAISIE. Premier ministre de Malaisie, Mohamad Mahatir a récemment déclaré que « l’antisémitisme est un terme artificiel créé pour faire taire toutes critiques des Juifs » (source : Jerusalem Post, 16 août 2018). La déclaration ne surprend pas venant d’un homme qui pense que « les Juifs gouvernent le monde par procuration » et qui avait fait distribuer, en 2003, des exemplaires du Juif international de Henry Ford (source : Conspiracy Watch, 30 octobre 2005). Rappelons également que Mohamad Mahatir avait déclaré, en 2010, que les attentats du 11-Septembre avaient été mis en scène pour permettre l’attaque du monde musulman et que le président Obama était soumis au « lobby juif » (source : Conspiracy Watch, 21 janvier 2010).

VIADUC DE GÊNES. Le complotiste Laurent Glauzy a affirmé voir dans l’effondrement du viaduc de Gênes, le 14 août 2018, un avertissement des franc-maçons au nouveau gouvernement italien. La preuve serait apportée par la « numérologie maçonnico-satanique » et un délirant calcul construit à partir du nombre de victimes et du « 66, marque de satan »« Bien entendu, les enquêtes à venir diront n’importe quoi pour endormir un peuple “décérébré” », avertit Glauzy. Nous voici donc prévenus (source : Conspiracy Watch, 18 août 2018).

FREE TARIQ RAMADAN. L’islamologue est incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février 2018 pour le viol présumé de deux femmes. Ses soutiens se réunissent régulièrement pour réclamer sa libération. Lors du dernier de ces rassemblements le samedi 11 août devant la prison de Fresnes, on a pu assister à la dénonciation publique de ces « femmes » qui cherchent « la gloire et l’argent », et qui se déshonorent et s’humilient « devant le CRIF, devant les sionistes qui commandent cette France » (sic). « Pour moi, poursuit une militante pro-Tariq Ramadan, il n’y a pas de justice dans ce pays pour les musulmans. C’est devenu un Etat sioniste […]. C’est un complot, un coup monté contre lui pour l’abattre parce que ça fait 20 ans qu’ils essaient de l’abattre » (source : Conspiracy Watch, 20 août 2018).

PRINTEMPS DE PRAGUE. D’après un sondage, 36% des Russes estiment que Moscou a « agi correctement » en intervenant militairement en Tchécoslovaquie dans la nuit du 20 au 21 août 1968, pour mettre fin aux réformes du Printemps de Prague il y a cinquante ans. Pour 21% des sondés, « l’action subversive » de l’Occident serait à l’origine de ce processus de réformes. Le culte du passé soviétique conforte ainsi la mémoire sélective et l’ignorance autour d’un événement au sujet duquel 45% des sondés ont eu des difficultés à répondre (source : Marianne, 21 août 2018).

« BOMBE GAY ». Les tensions actuelles entre les États-Unis et la Turquie font resurgir le fantasme de l’existence d’une arme secrète américaine, la « bombe gay », capable de changer l’orientation sexuelle de la population. Dans l’édition de Sabah, journal proche régime du président Erdogan, le 20 août 2018, un journaliste et présentateur vedette de télévision a mis en avant cette menace, affirmant s’appuyer sur des « documents récemment déclassifiés » (source : 360°, 22 août 2018).

COMPLOTOLOGIE. Pour Philippe Raynaud, professeur de science politique à l’Université d’Assas, le noyau de la vague conspirationniste est « l’insatisfaction, la frustration ou même la colère devant le cours que prennent les choses dans les démocraties. » «  L’impression que le monde […] est en train de se défaire pousse en effet certaines personnes à s’accrocher à l’idée qu’une aussi grande catastrophe ne peut pas exister s’il n’y a pas un chef d’orchestre pour l’organiser », explique celui qui, dans une interview au journal Le Monde, revient sur le « style paranoïaque » développé par certains courants conservateurs de la droite américaine (source : Le Monde, 23 août 2018).

RACISME. Fin juillet, Margarita Simonian, la patronne des médias russes RT et Sputnik a publié puis effacé un tweet raciste (source : Conspiracy Watch, 6 août 2018).

CALIFORNIE. L’Etat américain a été ravagé pendant toute une partie de l’été par plusieurs incendies ayant causé une dizaine de victimes et l’évacuation d’urgence de plus de 20 000 personnes. Le pyromane présumé, un homme de 51 ans dénommé Forrest Gordon Clark qui aurait effectué des séjours en hôpital psychiatrique, est aussi un conspirationniste exalté qui adhère aux théories du complot les plus excentriques (source : Conspiracy Watch, 13 août 2018).