Dans une interview au Parisien, l’ex-compagne de Charb émet l’hypothèse selon laquelle le terrorisme islamiste n’est pas le seul mobile de l’attentat qui a touché l’hebdomadaire. Des soupçons balayés en partie par l’enquête.

Lorsque que des "conspirationnistes" émettent tout un tas de théories folles pour remettre en cause la version officielle des attentats de janvier, ils sont vite discrédités. Mais, lorsque c’est la dernière compagne de Charb en personne qui émet des soupçons, l’affaire devient plus troublante. Présentée comme celle qui a partagé la dernière nuit avec le dessinateur assassiné, "Valérie M." affirme dans un entretien au Parisien publié dimanche que "la vérité est encore loin".

Cette femme, qui tient à rester anonyme, ne croit pas au seul mobile du terrorisme islamiste. Elle se demande si d’autres personnes, outre les frères Kouachi, ne seraient pas impliquées, évoquant par exemple la présence douteuse d’une voiture le matin du drame. (…)

Lire la suite sur le site de L’Express.