Les attentats du mois de janvier ont réveillé les adeptes des complots, mais moins qu’on aurait pu le penser.

Parmi les nombreux signes de fragmentation de la société française laissés de côté qui ont refait surface dans les semaines qui ont suivi les attentats des 7, 8 et 9 janvier figure l’irruption rapide de théories du complot circulant sur Internet, attribuant les attentats au gouvernement français, à une entité «sioniste» ou aux deux.

Quelques heures seulement après l’attentat contre Charlie Hebdo, la carte d’identité oubliée dans une voiture par les frères Kouachi donnait un premier élément aux complotistes pour fantasmer. Rétroviseurs qui changent selon les photos relayées dans la presse ou tracé de la marche républicaine du 11 janvier supposé dessiner… les frontières d’Israël, la moindre incongruité a été brandie par les théoriciens d’une version alternative et occulte des événements. (…)

Lire la suite sur Slate.fr.