Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme.

HONGRIE. Le jeudi 15 mars 2018, à l’occasion du 170e anniversaire de la révolution de 1848, Viktor Orban a prononcé un discours devant le Parlement, à Budapest, en présence de milliers de personnes. Le premier ministre hongrois s’en est pris violemment aux« forces mondialistes de l’Occident », sans résistance face aux migrants. Il a notamment défendu l’idée que les élites libérales européennes organisaient le « grand remplacement » : « Le grand plan consiste à briser la Hongrie qui se trouve en travers du chemin des migrants et à installer en quelques années d’abord quelques milliers, puis des dizaines de milliers de migrants dans le pays. […] Bruxelles veut diluer, changer la population de l’Europe, en sacrifiant notre culture […]. Nous avons affaire à un adversaire qui est différent de nous. Il n’agit pas ouvertement, mais caché, il n’est pas droit, mais tortueux » (source : Le courrier d’Europe centrale, 22 mars 2018).

TERRE PLATE. Fondée en 1956, la Flat Earth Society structure l’idée de la platitude de la Terre et fait valoir des arguments à caractères scientifique ou mystique pour contrer les faits établis par la NASA et les autres organismes de recherche en astronomie et aérospatial. Le magazine National Geographic fait le point sur une théorie à laquelle adhèrent des millions de personnes à travers le monde – dont 12 millions aux États-Unis. Pour mémoire, une récente étude menée par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch révélait que 9% des Français estiment qu’« il est possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l’école. »

LECTURE. Chercheur en neurosciences et neuropsychologie et collaborateur de Conspiracy Watch, Sebastian Dieguez vient de faire paraître l’ouvrage Total Bullshit ! Au cœur de la post-vérité (PUF, 2018), dans lequel il analyse la généalogie du concept de « bullshit »  et les raisons de son succès contemporain. Face au défi du « bullshit généralisé », dont il faudrait s’inquiéter des conséquences pour la viabilité de notre espèce, Dieguez préconise l’arme du ridicule : « l’imaginaire, la fiction et la raison ont des ressources propres largement suffisantes pour remettre cet ennemi commun à sa juste place. » (source : Le Monde, 19 mars 2018).

RECHERCHE. Psychosociologue et maître de conférences à l’Université Rennes 2, Sylvain Delouvée coordonner le projet« Conspiracy », un projet de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Conspiracy mobilise des chercheurs de diverses disciplines sur la question des « croyances conspirationnistes ». Il comporte une phase d’analyse des prédicteurs de théories, mais prévoit également, après évaluation des ressources existantes, la conception de programmes d’intervention. Voir l’interview de Sylvain Delouvée sur Conspiracy Watch.

LE THERMOSTAT DES SAGES DE SION. Trayon White, conseiller du District de Columbia (Washington DC), a posté sur sa page Facebook une vidéo dans laquelle il met en garde, à l’occasion d’une brève chute de neige, contre la manipulation du climat par… les Rothschild : le déclenchement de catastrophes naturelles leur permettrait de racheter et de posséder des villes (source : Washington Post, 18 mars 2018). L’affaire a donné lieu à une recension des meilleurs traits d’esprit sur le contrôle du climat par les Juifs.

SANTÉ. 124 professionnels de la santé ont publié dans Le Figaro, le 18 mars 2018, un appel contre les « médecines alternatives », visant notamment l’homéopathie. On y relève le passage suivant : « Les thérapies dites “alternatives” sont inefficaces au-delà de l’effet placebo […] elles aliment et s’appuient sur une défiance de fond vis-à-vis de la médecine conventionnelle comme le montrent les polémiques injustifiées sur les vaccins. »

HITLER. Un médecin légiste française, Philippe Charlier, s’est rendu à Moscou avec une équipe pour expertiser les restes d’Adolf Hitler, réglant ainsi leur sort à 70 ans de doutes et de théories du complot (source : Europe 1, 20 mars 2018). Diffusé sur France 2 le 20 mars, le documentaire Le mystère de la mort d’Hitler est consacré à cette étude. À voir en replay. À lire (ou relire) sur Conspiracy Watch : Hitler s’est-il enfui en Argentine ? Autopsie d’une rumeur.

MÉDIAS. L’algorithme de la plateforme YouTube Kids, dédiée aux enfants, a de quoi inquiéter. Le jeune public peut en effet se voir suggérer ou recommander, parfois même en haut de la page d’accueil, des vidéos complotistes. Comme le rapporte le journal 20 Minutes, les jeunes utilisateurs « peuvent trouver des vidéos soutenant que l’homme n’a jamais marché sur la Lune, que le monde est dominé par les reptiliens ou que la Terre est plate » (source : 20 Minutes, 20 mars 2018).

JUSTICE. Le 20 mars 2018, la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris a relaxé le polémiste d’extrême droite Alain Soral pour un photomontage associant Emmanuel Macron à des personnalités juives, à l’argent et aux Etats-Unis et à l’Etat d’Israël, publié sur le site Égalité & Réconciliation en février 2017. Un visuel aux relents antisémites dont la diffusion, par Gérard Filoche, lui avait valu d’être exclu du Parti socialiste en novembre 2017. Le tribunal s’est appuyé sur la jurisprudence de la Cour de cassation dont un arrêt du 7 juin 2017 estime qu’une « incitation manifeste » ne suffit pas à caractériser le délit et qu’il faut, « pour entrer en voie de condamnation », que les propos relèvent d’un « appel » ou d’une « exhortation » (source : L’Express, 20 mars 2018). À lire, l’analyse de l’historien Emmanuel Debono : Soral, la haine et la loi sur LeMonde.fr.

ÉTATS-UNIS. Dans l’État de l’Illinois, un ancien membre du Parti nazi américain (ANP), Arthur Jones, a été désigné le 20 mars 2018 comme candidat du Parti républicain pour les prochaines élections au Congrès, dans une circonscription de la banlieue de Chicago. Conspiracy Watch revient sur les conditions qui ont rendu possible cette désignation et le fait qu’un peu plus de 20 000 électeurs républicains de l’Illinois aient pu lui donner leur vote lors de primaires.

SIDA. D’après un sondage Ifop-Bilendi pour Sidaction publié le 21 mars 2018, 20% des jeunes de 15 à 24 ans s’estiment mal informés sur le VIH. L’enquête révèle la persistance d’idées reçues et de fausses croyances. Pour mémoire, une récente étude menée par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch révélait que 40% des 18-24 ans (deux fois plus que chez les + de 65 ans) approuveraient l’idée que « le virus du sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine avant de se répandre à travers le monde. »

RUSSIE. À l’occasion d’une réunion organisée à Moscou le 21 mars 2018 par le ministère des Affaires étrangères, un haut responsable de la diplomatie russe, Vladimir Ermakov, a insinué, devant l’ensemble des diplomates en poste dans la capitale, que les autorités britanniques pourraient avoir une responsabilité dans l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal. Les mêmes insinuations ont visé les États-Unis (source : La Presse, 21 mars 2018).

ANNIVERSAIRE. À lire dans Conspiracy Watch, un entretien avec l’historien François Audigier (université Nancy-II) : « Mai 68 : quand la France gaulliste dénonçait un “complot international” ». Le cinquantième anniversaire des événements de Mai 68 est l’occasion de s’arrêter sur les représentations parfois complotistes qui animaient les protagonistes de l’époque quant aux origines de la crise. Une lecture simplificatrice, selon François Audigier, qui permettait à la fois de se rassurer et d’exonérer à bon compte de ses responsabilités un pouvoir qui n’avait rien vu venir.

SÉRIE TÉLÉ. X-Files, c’est fini. La chaîne américaine Fox a diffusé cette semaine le dernier épisode de la onzième saison des aventures de Mulder et Scully. Les plus célèbres des agents du FBI ne parviennent plus à intéresser le public. Pour Hélène Marzolf, de Télérama, la série emblématique des années 1990, presque exclusivement bâtie sur une trame conspirationniste, n’a pas su négocier le tournant de l’ère de la post-vérité, devenant « une mécanique qui n’a plus de sens, car la vérité, au lieu “d’être ailleurs”, n’est plus nulle part » (source : Télérama, 21 mars 2018).