Agitateur, populiste, démago. Les qualificatifs ne manquent pas pour désigner Beppe Grillo, leader charismatique du Mouvement 5 Etoiles (M5S), qui a remporté un quart des voix aux législatives italiennes. Avec 109 députés et 54 sénateurs, et en l’absence de majorité claire au Sénat, celui que les médias italiens surnomment parfois "le Michael Moore italien" est désormais très courtisé.

Pourtant, ses interviews, ainsi que celles de ses membres, se font rares. Ils fuient les politiques et les médias. Le correspondant du Monde à Rome notait dans un article que "son programme et ses mots d’ordre ont d’abord séduit les jeunes utilisateurs d’Internet, le seul vecteur de communication de ce parti qui se veut sans chef et sans structure. Il refuse de participer aux talk-shows télévisés et interdit à ses élus d’y paraître, sous peine d’exclusion". (…)

Lire la suite sur Big Browser.

Voir aussi :
* Beppe Grillo et le populisme scientifique (Slate.fr, 1er mars 2013)