Attentat à Beyrouth : le président Sleimane accuse... Israël
Les "brigades d’Aïcha Oum Al-Mou’minine", un groupe islamiste se réclamant de la rébellion syrienne, a revendiqué dans une vidéo l’attentat à la voiture piégée qui a fait 22 morts et 325 blessés hier, jeudi 15 août, dans la banlieue sud de Beyrouth, majoritairement chiite et contrôlée par le Hezbollah.

Le président de la République libanaise, Michel Sleimane, a condamné cette attaque qui porte selon lui les «empreintes d’Israël», qui chercherait à déstabiliser la région. Le chef druze Walid Joumblatt a également pointé un doigt accusateur vers l’Etat hébreu qui, en fomentant l’attentat, se serait vengé du Hezbollah pour la guerre de juillet 2006. De son côté, l’homme cagoulé qui apparaît dans la vidéo de revendication a menacé le Secrétaire général du Hezbollah de nouveaux attentats, tout en le qualifiant d’«agent de l’Iran»«et d’Israël» !

Etroitement allié à l’Iran, le Hezbollah libanais est engagé militairement en Syrie aux côtés des forces du régime de Bachar Al-Assad.

Vendredi, le président israélien Shimon Peres a rejeté les accusations lancées par son homologue libanais : «Je suis surpris que le président libanais ait affirmé une nouvelle fois qu’Israël est responsable. Pourquoi regarde-t-il du côté d’Israël, alors que le Hezbollah brise les os du Liban et tue des gens en Syrie sans l’approbation du gouvernement libanais ?»

Voir aussi :
* Soutien à la Syrie : le conspirationnisme divise aussi les opposants à Assad
* Liban : pour Walid Joumblatt, Israël est derrière le film anti-islam
* Nasrallah : « Israël est derrière les assassinats au Liban »