Dallas, 22 novembre 1963. Le président Kennedy est assassiné. Depuis plus de quarante ans, les théories se succèdent : celle de la conspiration n’a jamais été prouvée mais des centaines de livres l’étayent et 70 % des Américains y croient.

Jamais six secondes n’auront été scrutées avec autant d’intensité. La disparition du président Kennedy à Dallas provoque une immense émotion, une partie de l’Amérique voyant sombrer avec lui ses espoirs de changement. Elle intrigue aussi. On attendait des menaces des extrémistes de droite menés par le général Walker, et c’est Lee Harvey Oswald, un « gauchiste », qui est arrêté. Alors que les preuves s’accumulent contre lui, il est tué deux jours plus tard par Jack Ruby, sous le regard des caméras. Le spectacle de ce meurtre fait du public américain le témoin collectif des événements. C’est l’acte de naissance des théories du complot qui vont proliférer, mettant en cause Fidel Castro, la CIA ou le KGB. Dans ce contexte de rumeurs, la commission Warren, qui débat à huis clos, doit livrer ses conclusions avant les élections à venir. C’est alors que surgit le film amateur d’Abraham Zapruder, qui montre la voiture présidentielle au moment des impacts et qui va nourrir les rumeurs sur l’existence d’un autre tireur. En septembre 1964, le rapport de la commission Warren affirme pourtant que Kennedy a été tué par le seul Oswald. En 1966, deux enquêtes relancent les spéculations : les livres d’Edward J. Epstein et de Mark Lane. Ces investigations, nourries des déclarations de la mère de Lee Harvey Oswald sur les liens de son fils avec le FBI, remettent en cause la théorie de la balle unique. Cette critique de la version officielle est emblématique d’une crise de confiance à l’égard des institutions du pays. Ce qui était fiable en 1964, ne l’est plus en 1967. (…)

Lire la suite de la présentation de l’émission sur le site d’Arte

Extraits :

Kennedy-Oswald : le fantôme d’un assassinat
Documentaire de Robert Stone (États-Unis, 2006, 1h23mn)
Diffusé sur Arte (Les mercredis de l’Histoire) le 9 janvier 2008 à 21h00.