Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme.

FOOTBALL. Dans un sermon prononcé à la mosquée Lala Pacha de Damas, le vendredi 22 juin 2018, Mohammed Ali Ala-Malla a déclaré que la Coupe du monde de football participait d’un complot contre les Arabes et les musulmans, en se référant aux Protocoles des Sages de Sion, célèbre faux antisémite fabriqué au début du XXème siècle. Ainsi, pendant que les Européens se chargeraient de les distraire de la situation à Gaza, les États-Unis et la Chine leur vendraient des armes (source : MEMRI, 27 juin 2018).

AHMED RAMI. Animateur du site négationniste Radio Islam, l’ex-militaire marocain Ahmed Rami – réfugié politique en Suède depuis plus de 40 ans – a récemment affirmé sur la chaîne satellitaire libanaise Al Mayadeen News que les Juifs ressemblent à « une mafia en Occident », où les médias seraient sous leur « contrôle total » (source : MEMRI, 21 juin 2018). En 1990, ses déclarations antisémites l’avaient conduit à être condamné à six mois de prison.

ÉTATS-UNIS. L’économiste américain Paul Krugman estime, dans une chronique du New York Times, que la rhétorique utilisée par l’Administration américaine à l’égard des migrants – accusés de voler les emplois des Américains ou de faire augmenter la criminalité – est comparable aux accusations de meurtres rituels qui ont visé les Juifs pendant des siècles. Statistiques à l’appui, Krugman entreprend de démonter ces arguments (source : New York Times, 21 juin 2018). Peu favorable à l’analogie entre la politique migratoire de Donald Trump et la Shoah, l’historienne Deborah Lipstadt a toutefois reconnu « un élément irrationnel et un manque de logique » communs à l’antisémitisme classique et à la xénophobie contemporaine (source : Jewish Telegraphic Agency, 23 juin 2018).

BAC 2018. Il a suffi d’un sujet à l’épreuve d’histoire portant sur le Proche et le Moyen-Orient pour voir la tentative d’un avocat de bâtir et propager, via sa page Facebook, la rumeur selon laquelle des inspecteurs pédagogiques régionaux auraient fait passer la consigne aux correcteurs « d’identifier les copies anti-israéliennes ou pro-palestiniennes ». La rédaction de Conspiracy Watch déconstruit la rumeur, ignorante des pratiques de l’Éducation nationale…  (source : Conspiracy Watch, 26 juin 2018).

FÊTE DE LA SCIENCE 2018. La 27e édition de la Fête de la science, à l’automne prochain, fera la part belle à la déconstruction des idées reçues et des fausses informations. Le ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation mettent à l’honneur l’esprit critique, au cœur d’une science qui « doit retrouver sa place au cœur de notre société et jouer son rôle de repère » (source : 20 minutes, 26 juin 2018).

ULTRADROITE. Le 23 juin 2018, la DGSI a interpellé dix personnes suspectées d’appartenir à un réseau d’ultradroite et de préparer des attentats. Les membres de ce groupuscule dénommé « Action des forces opérationnelles » (AFO) avaient pour projet l’attaque d’imams salafistes, d’ex-détenus islamistes ou encore de femmes musulmanes voilées, « choisies au hasard dans la rue ». La consultation du site Internet d’AFO renseigne sur le brouet idéologique tenant lieu de doctrine à ce groupe, à la fois survivaliste et identitaire, qui incite ses sympathisants à se préparer militairement à un conflit de civilisation contre les « tenants du système islamique » (source : Conspiracy Watch, 27 juin 2018).

HENRI JOYEUX. La radiation d’Henri Joyeux de l’Ordre des médecins a été annulée en appel mardi 26 juin par la Chambre disciplinaire de cette institution. La sanction avait été prise après que le médecin ait publié deux pétitions anti-vaccins sur Internet, en septembre 2014 et en mai 2015. Dans le Magazine de la Santé, sur France 5, Michel Cymes a vivement réagi à cette décision, par un message sans concession à Henri Joyeux qui, après le jugement, a pu claironner dans la presse : « ça prouve que j’avais raison ». L’Ordre des médecins s’est pourvu en cassation (source : Le Parisienfrancetvinfo, 28 juin 2018).

RT FRANCE. À la suite d’un sujet diffusé le 13 avril 2018 « contestant la réalité des attaques à l’arme chimique dans la région syrienne », la chaîne Russia Today France (RT France) a été avertie le 28 juin par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour des « manquements à l’honnêteté, à la rigueur de l’information et à la diversité des points de vue ». Dans cette mise en demeure, décision préalable à une éventuelle sanction, l’instance a pointé le fait que « la traduction orale des propos tenus par un témoin syrien ne correspondait en rien à ce qu’il exprimait à l’antenne » (source : Europe 1, 28 juin 2018). Voir la mise en demeure du CSA. Lire aussi, sur la question de l’attaque chimique de Douma, l’enquête « open source » de l’équipe d’investigation de Bellingcat (source : Syrie Factuel, 24 juin 2018).

13-NOVEMBRE. Alors qu’il comparaissait pour la septième fois devant le juge antiterroriste, Salah Abdeslam, dernier survivant du commando des attentats du 13 novembre 2015, s’est expliqué pour la première fois sur les raisons des attaques terroristes. « Les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent. […] Mettez votre colère de côté et raisonnez quelques instants, vous ne subissez que les erreurs de vos dirigeants » a notamment déclaré celui qui, resté globalement silencieux jusqu’à ce jour, ne s’est exprimé que pour justifier les actes en question (source : RTL, 28 juin 2018).

GÉNOCIDE DES TUTSI. Avec Rwanda, la fin du silence (Les Belles Lettres, 2018), l’ex-officier de la Force d’Action Rapide, Guillaume Ancel, qui a participé à l’opération Turquoise, livre un témoignage questionnant le rôle ambigu de la France lors des événements de 1994. Dans une interview exclusive à Conspiracy Watch, il dit l’importance d’affronter la réalité, en ouvrant notamment les archives, pour combattre les thèses négationnistes et complotistes : « C’est quand même dans les thèses négationnistes […] qu’on essaie de dire que les miliciens étaient infiltrés par des Tutsi qui auraient participé aux massacres et que en gros ce sont les victimes qui ont organisé les massacres. […] C’est l’équivalent de faire croire qu’il y aurait des Juifs qui auraient organisé les camps de concentration. » (source : Conspiracy Watch, 29 juin 2018).

MARCHE DES FIERTÉS. La Marche des Fiertés qui s’est déroulée le 30 juin 2018 à Paris a eu pour mot d’ordre « Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies. » Alors que la Russie, pays d’accueil de la coupe du monde, interdit la « propagande homosexuelle »Conspiracy Watch rappelle dans une vidéo que l’homophobie renvoie à une longue tradition dans l’histoire de l’humanité. Aujourd’hui encore, « l’homosexualité est souvent dénoncée  comme l’instrument d’un projet visant à subvertir les valeurs traditionnelles et détruire à travers elles les bases de la civilisation. »

ITALIE. Issue de l’union du Mouvement 5 étoiles (M5S) de Luigi Di Maio et de la Ligue de Matteo Salvini, l’alliance gialloverde (« jaune et vert ») a constitué un gouvernement « antisystème » pour la première fois dans l’histoire de la République italienne. D’une idéologie fondée prioritairement sur le rejet des élites à la promotion des fake news et des thèses complotistes les plus caricaturales, il n’y a souvent qu’un pas. À lire ou relire au regard de l’actualité, l’enquête que Buzzfeed News avait publié fin novembre 2016 sur l’inquiétante machine de propagande du M5S. Quant à la rumeur selon laquelle Soros et Rothschild auraient financé la campagne d’Emmanuel Macron, récemment remise en selle par le site de fake news de Matteo Salvini, Il Populista (source : Checknews.fr, 25 juin 2018) elle trouve son origine dans un faux tweet créée au moment de la publication des « Macronleaks », il y a plus d’un an.