Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel














La Bibliothèque
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff





Par Cécile Jandau (Sud-Ouest)


Source : Twitter (@PaulRay64)
LU SUR LE WEB | Fort de son cybermilitantisme acharné, l’iconoclaste fondateur de l’Union populaire républicaine assure être proche des 500 parrainages nécessaires pour se lancer dans la course à l’Elysée.

L’hiver n’est pas seulement la saison des neiges (pour ceux qui ont la chance d’en avoir). C’est aussi celle qui voit fleurir de nombreuses candidatures les années d’élection présidentielle. Des plus évidentes aux plus loufoques, en passant quelques anecdotiques. Celle de François Asselineau pourrait certainement se ranger dans cette catégorie. Mais sa force de frappe sur Internet et l’écho que rencontrent certaines de ses propositions (controversées) dans ces mêmes sphères posent question.

Son nom ne vous dit peut être rien, mais vous avez certainement aperçu son portrait placardé sur un mur au détour d’une rue. Car François Asselineau ne ménage pas ses efforts pour recruter de nouveaux adhérents depuis qu’il a fondé l’Union populaire Républicaine, en 2007. D’autant que sa candidature s’inscrit dans un contexte particulièrement propice aux discours clivants teintés de théories du complot, tant la défiance à l’égard des dirigeants politiques et des médias est tangible.

Ça, François Asselineau l’a compris depuis longtemps, et sait qu’il a plus que jamais une carte à jouer en 2017. "Les autres politiques changent constamment de versions, moi ça fait 10 ans que je répète qu’il faut sortir de l’Europe", s'enorgueillit cet énarque de 69 ans qui a mené une brillante carrière de haut fonctionnaire et qui s’impose désormais comme le chantre du "Frexit". "Je suis le seul qui dise la vérité", affirme-t-il avec conviction, comme si ça pouvait devenir contagieux. (...)

Lire la suite sur le site de Sud-Ouest.


Voir aussi :
* Qui est François Asselineau, le "pestiféré" des régionales ? (Francetv.info, 1er décembre 2015)