Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff





Par Nathalie Szerman


Quenelle+, la page Facebook ouvertement antisémite des fans de Dieudonné
L’humoriste controversé Dieudonné M’bala M’bala a été condamné en novembre 2015 par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 2 mois de prison ferme et à une amende de 9 000 euros pour incitation à la haine et diffusion de propos discriminatoires, antisémites, négationnistes et révisionnistes lors d’un spectacle donné à Herstal le 14 mars 2012. En octobre 2009, il avait déjà été condamné pour injures antisémites à 10 000 € d’amende après avoir fait acclamer Robert Faurisson lors d’une de ses représentations et lui avoir fait remettre le « prix de l’infréquentabilité » par un comédien déguisé en déporté juif. [1] Dans d’autres shows et vidéos, il a stigmatisé le Juif, revêtu de l’habit noir des Juifs religieux orthodoxes, et tourné en dérision les chambres à gaz, présentées comme n’ayant jamais existé. [2]

Malgré les procès et condamnations, Dieudonné demeure populaire auprès d’un grand nombre de jeunes populistes, souvent proches du FN, parfois de l’extrême gauche, et adeptes des théories du complot, telles celles présentées sur les sites complotistes Egalité et Réconciliation d’Alain Soral, ou Panamza. (...)

Lire la suite sur Memri.fr.


Voir aussi :
* Sur le Net, l’info "dissidente" et "subversive" devient vecteur d’antisémitisme, par Jean-Yves Camus