Critiquer les médias complotistes ? Oui, on verra, quand on aura le temps…

Dans un article publié la semaine dernière sur le site de critique des médias Acrimed, Laurent Dauré, responsable national de l’UPR de François Asselineau (et ancien trésorier d’Acrimed), dénonce une atteinte scandaleuse portée à la démocratie : la publication d’un entretien accordé par Emmanuel Macron à un hors-série du magazine L’Histoire, opération censée quasiment garantir la victoire du candidat d’En Marche ! aux élections présidentielles.

« Les coïncidences troublantes s’accumulent, écrit le militant asseliniste. Après Sciences et Avenir et Challenges, une troisième publication appartenant au groupe Perdriel accorde un traitement de faveur manifeste à Emmanuel Macron par rapport aux autres candidats à l’élection présidentielle. (…) Rappelons que Sophia Publications, la société éditrice de L’Histoire, a été rachetée intégralement par le groupe Perdriel en juin 2016 et que celui-ci est détenu à 93 % par l’industriel et homme de presse Claude Perdriel, qui a exprimé explicitement son souhait de voir Emmanuel Macron élu président de la République ».

L’article de Laurent Dauré a été repris sur le site du polémiste complotiste Alain Soral, Egalité & Réconciliation, sur le blog d’Olivier Berruyer, Les-Crises.fr (régulièrement épinglé pour le caractère douteux des contenus qu’il relaie, comme aujourd’hui sur la Syrie) et sur le site conspirationniste Arrêt sur Info.ch.

Voir des « coïncidences troublantes » dans ces reprises, par la complosphère, d’un article écrit par un militant d’un parti usant et abusant de la théorie du complot serait exagéré : il n’y a là rien que de très logique.

Ce qui interroge en revanche, c’est qu’Acrimed n’ait pas cru devoir préciser à ses lecteurs qu’après avoir été « secrétaire national responsable du service courrier » de l’UPR, Laurent Dauré était en charge des publications du parti de François Asselineau et qu’il était donc actuellement… en campagne (a fortiori quand il « publie »).

Le site de critique des médias n’indique pas davantage que l’attaque en règle menée par Laurent Dauré contre Historia – autre publication du groupe Perdriel – doit être replacée dans la perspective de la querelle qui a opposé récemment la rédaction du magazine à François Asselineau.

Un manquement d’autant plus incompréhensible qu’Acrimed a mis en ligne il y a deux jours une mise au point sur ses liens avec Julien Salingue, ancien secrétaire de rédaction du site et porte-parole de l’association, par ailleurs engagé dans la campagne de Philippe Poutou, candidat du NPA. On y lit qu’« Acrimed est une association indépendante : elle ne soutient et n’a jamais soutenu, depuis plus de vingt ans, aucun parti politique et aucun candidat. Mais Acrimed n’est pas une caserne : ses adhérent·e·s sont libres de leur expression politique et partisane pour peu qu’elle n’engage pas notre association et respecte son indépendance ».