Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov





Par Adrien Sénécat


Les mille et une ruses de l’industrie de la désinformation
LU SUR LE WEB : Enquête sur des méthodes employées par des sites trompeurs pour diffuser de fausses informations sans se faire prendre.

Les fake news qui circulent massivement en ligne ne tombent pas du ciel. L’examen détaillé de certaines de ces rumeurs par Les Décodeurs à l’occasion du lancement du Décodex montre que les artisans de la propagande déploient des méthodes de plus en plus ingénieuses.

1. Avancer masqué

Dans un univers numérique où l’identification des sources d’information est plus difficile pour les lecteurs, la mouvance d’extrême droite dite « identitaire » a lancé de prétendus sites d’informations locales. Infos Bordeaux, Rhône-Alpes Info ou Breizh Info se présentent ainsi, en apparence, comme des médias traditionnels. En réalité, ils sont tenus par des militants d’extrême droite qui s’en servent pour diffuser leur discours.

Le même phénomène existe pour des sites anti-IVG, qui se présentent comme des plates-formes d’information neutres. Seule manière de déceler la supercherie, prendre le temps de s’informer sur le site en lui-même. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.

Accéder à la liste des plus de 500 articles controversés publiés sur le site les-crises.fr et rendus inaccessibles.


Voir aussi :
* Une réponse à Olivier Berruyer (les-crises.fr)