Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov









Extrait d'un épisode des Simpsons diffusé en septembre 1997
Les conspirationnistes en sont persuadés : dans l'ombre, ceux qui tirent les ficelles du monde sèment délibérément des indices de leurs méfaits dans les films et les séries TV.

C'est désormais une manie chez les obsédés du complot : pas un film, pas une série télé, qui ne soit scrupuleusement décortiqué pour y déceler des coïncidences troublantes - et prémonitoires - avec l'actualité la plus choquante. Au lendemain du double-attentat de Boston, Paul Joseph Watson, qui travaille avec l'animateur conspirationniste américain Alex Jones, a ainsi établi un lien entre le drame de la veille et un épisode du dessin animé "Les Griffins" (1).

En décembre 2012, certains se sont mis à chercher des traces d'une préconnaissance du massacre de Newtown par des puissances occultes dans les films Batman: The Dark Knight Rises et Hunger Games, comme nous l'expliquions ici.

Mais ce sont surtout les attentats du 11 septembre 2001 qui ont donné lieu au plus grand nombre de spéculations complotistes de ce type.

Figure incontournable du "Mouvement pour la Vérité", le théoricien du complot américain Kevin Barrett écrivait il y a quelques mois (2), dans un texte accusant les médias de dissimuler que la tuerie de Newton serait - à l’instar du 11-Septembre - une « opération sous faux pavillon » :

« Croyez-le ou non, les médias sont souvent directement impliqué dans les opérations de type Gladio qui massacrent des civils. Par exemple : les médias des compagnies monopolistiques, détenues par les conspirateurs du 11-Septembre, étaient profondément complices de ces attaques terroristes ».

Et de citer, pour preuve de ses allégations, un épisode des Simpsons diffusé « peu de temps avant le 11-Septembre » (en vérité, quatre ans plus tôt).

On se tromperait si l'on pensait que ce genre de délire n'est qu'un produit de la sous-culture conspirationniste américaine. Nos théoriciens du complot hexagonaux se livrent eux aussi à ces interprétations spécieuses. Ainsi Pierre Hillard suggérant dans une émission de radio (3) que la date d'expiration du passeport du héros de Matrix n'est pas sans rapport avec les attentats du 11 septembre 2001 (cf. ci-dessous).

Extrait du film "Matrix", des frères Wachowski (Etats-Unis, 1999)
“Predictive programing”

Un récent article de France 24 définit le “predictive programing” comme la croyance selon laquelle « les véritables commanditaires d’attentats ou d’événements tragiques réussiraient à faire inclure dans des films et programmes populaires des indices qui prendraient tout leur sens lorsque les tragédies surviennent ».

Pour le sociologue Gérald Bronner, qui vient de publier un essai retentissant sur les croyances contemporaines (4), cette notion est directement « liée à la masse d'informations disponibles. Plus il y a d'informations diffusées, plus est importante la probabilité pour que l'une d'entre elles - qu'elle soit une création artistique, un tweet ou n'importe quoi - paraisse, ex-post, une prédiction d'un événement ». Cette tendance, ajoute Bronner, a pour origine « une erreur banale de notre esprit, qu’on peut nommer négligence de la taille de l’échantillon » :

« C’est ainsi que nous ne devrons pas nous étonner que les astrologues ou les voyants émettent parfois des prédictions exactes. Il leur suffit d’en faire beaucoup et de ne médiatiser que celles qui, par hasard, tombent juste. D’une façon générale, la négligence de la taille de l’échantillon se manifeste lorsque nous sommes confrontés à un événement improbable en soi, mais issu d’un nombre d’occurrences immense. Nous avons alors l’impression qu’il est extraordinaire puisque nous ne pouvons, ou ne voulons pas, considérer la nature de la série d’où il est issu – nous l’isolons de sa famille, en quelque sorte. Il y a des coïncidences qui nous paraissent donc tellement prodigieuses que nous jugeons raisonnable de ne pas les attribuer au hasard. Le problème est qu’un phénomène peut être extraordinaire (car caractérisé par une probabilité faible d’apparition) et cependant le résultat du hasard, s’il est issu d’un très grand nombre d’occurrences. »

Les Simpsons sont diffusés depuis 1989 et comptent près de 530 épisodes de 20 minutes chacun.


Notes :
(1) “ YouTube Censors Family Guy Clip Which Predicted Boston Marathon Attack ”, InfoWars.com, 16 avril 2013.
(2) “ Stop Mass Killings Limit First Amendment Not Second ”, Veterans Today, 27 décembre 2012.
(3) Emission "Antenne libre", animée par Laurent Fendt, Radio "Ici Et Maintenant", 11 janvier 2010.
(4) Gérald Bronner, La Démocratie des crédules, PUF, 2013.