Louis Aliot, vice-président du Front national et codirecteur de campagne de Marine Le Pen, de retour d’une visite en Israël, a assuré, mercredi 14 décembre, sur France Inter que son parti n’a pas de "passé antisémite". L’on dira que le numéro deux du FN à la fois joue avec les mots et a la mémoire courte.

Effectivement, le FN n’a jamais fait de l’antisémitisme un axe programmatique. Ce qui, soit dit en passant, serait tombé sous le coup de la loi. Mais il a toléré une parole publique antisémite.

Louis Aliot, lui même, répète souvent sa réelle aversion pour les thématiques négationnistes – une des expressions de l’antisémitisme – et qui dit souhaiter débarrasser le Front national de ceux qui en sont les promoteurs. Il les compare fréquemment à "une maçonnerie qui agit au sein du Front", au point que les plus violents d’entre eux le surnomment publiquement "le juif Aliot". (…)

Lire la suite sur le blog Droite(s) extrême(s) (Le Monde).

Voir aussi :
* François Devinat & Jean-Michel Thenard, « Le Pen : Chirac est aux mains du complot juif », Libération, 1er mars 1997.
* Nicolas Lebourg, « Le FN, Israël… et la France », NouvelObs.com, 15 décembre 2011.