Louis Aliot, vice-président du Front national et codirecteur de campagne de Marine Le Pen, de retour d’une visite en Israël, a assuré, mercredi 14 décembre, sur France Inter que son parti n’a pas de « passé antisémite ». L’on dira que le numéro deux du FN à la fois joue avec les mots et a la mémoire courte.

Effectivement, le FN n’a jamais fait de l’antisémitisme un axe programmatique. Ce qui, soit dit en passant, serait tombé sous le coup de la loi. Mais il a toléré une parole publique antisémite.

Louis Aliot, lui même, répète souvent sa réelle aversion pour les thématiques négationnistes – une des expressions de l’antisémitisme – et qui dit souhaiter débarrasser le Front national de ceux qui en sont les promoteurs. Il les compare fréquemment à « une maçonnerie qui agit au sein du Front », au point que les plus violents d’entre eux le surnomment publiquement « le juif Aliot ». (…)

Lire la suite sur le blog Droite(s) extrême(s) (Le Monde).

Voir aussi :
* François Devinat & Jean-Michel Thenard, « Le Pen : Chirac est aux mains du complot juif », Libération, 1er mars 1997.
* Nicolas Lebourg, « Le FN, Israël… et la France », NouvelObs.com, 15 décembre 2011.