Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier









Malik Zulu Shabazz et ses hommes lors d'une manifestation à New York
Aujourd'hui et jusqu'à dimanche se tient, à Atlanta (Etats-Unis), un congrès international d'un genre particulier. Organisée à l’initiative du New Black Panther Party (NBPP), la Black Power Convention 2010 doit accueillir, au coeur de la ville natale de Martin Luther King, le plus sinistre rassemblement de suprématistes noirs extrémistes et conspirationnistes qui puisse être imaginé.

Malik Zulu Shabazz, le leader du NBPP (un mouvement radical dissident du Black Panther historique), ouvrira les festivités : de son vrai nom Paris Lewis, cet ancien activiste de la Nation of Islam (dont le leader, Louis Farrakhan, interviendra par le biais d'un message pré-enregistré) a plusieurs fois appelé au meurtre des agents de police et… des Juifs. Il a notamment soutenu diverses théories du complot antisémites, voyant la main des Juifs derrière la traite négrière ou les attentats du 11-Septembre. Il est, en particulier, l'auteur de l'avant-propos d'un livre faisant la part belle au "complot juif mondial" intitulé The Synagogue of Satan.

L'alter ego hexagonal de Malik Zulu Shabazz, Kémi Séba, sera aussi présent en sa qualité de représentant officiel de la branche française du NBPP. Le mois dernier, l’ex-leader « kémite » proche de Dieudonné et de l’ultra-droite a été adoubé par le chef du NBPP qui lui a attribué le nouveau nom de «Kemiour Aarim Shabazz».

Yahya Jammeh ''soignant'' un homme par l'imposition des mains
L’intervention du dictateur gambien Yahya Jammeh sera retransmise par satellite. Arrivé au pouvoir en 1994 à la faveur d’un coup d'Etat militaire, le lieutenant Jammeh s’est rendu célèbre pour avoir exigé l’expulsion de tous les homosexuels de son pays sous 24 heures ou pour avoir déclaré qu’il pouvait traiter le SIDA et plusieurs autres affections par les plantes.

Une délégation envoyée spécialement par le président zimbabwéen Robert Mugabe sera également de la partie.

Vieux compagnon de route de la Nation of Islam, le professeur Leonard Jeffries fait aussi partie des invités. Cet historien propage depuis une vingtaine d’années l’idée que les Juifs contrôlent Hollywood d'où ils mettraient tout en œuvre pour dénigrer les Noirs et dissimuler au monde le fait qu’ils auraient été les principaux organisateurs du « Black African Holocaust », le commerce transatlantique des esclaves (sur ce sujet, lire François-Xavier Fauvelle-Aymar, « Les Protocoles des esclavagistes de Sion »).

L'ex-congressiste Cynthia McKinney, pilier du Mouvement pour la Vérité sur le 11-Septembre, était initialement prévue parmi les intervenants. Sa photo et son nom figurent par exemple sur les premières affiches et le dossier de presse édités par le NBPP.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la Black Power Convention n’est pas réservée aux seuls Afro-Américains. Les organisateurs ont ainsi prévu d’inviter le chef indien Ernie Longwalker et son épouse, « Warrior Woman », des amis de longue date de Louis Farrakhan. A priori, rien ne rapproche ces militants de la cause indienne des thèses suprématistes du Black Power. Pourtant, une certitude les met tous d’accord : les «Sionistes» contrôlent l’Amérique.