Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel





par Xavier Colas


Hoax : « le complotisme est un classique des idéologies les plus extrêmes »
Arnaud Mercier, professeur à l’Institut français de presse de Paris et président du site The Conversation France, décrypte les causes et les conséquences de la diffusion massive de fausses informations sur le web.

Si la rumeur est inhérente à l’histoire politique moderne et contemporaine, les colporteurs de pamphlets et autres libelles du XVIe siècle, apparus avec l’essor de l’imprimerie, font figure de petits artisans de la calomnie face aux hoax.

“Le pape François appelle à voter Donald Trump” ou encore “les Clinton s’offrent une somptueuse demeure de 200 millions de dollars aux Maldives”… ces fausses informations en circulation sur le web ont, en effet, envahi les réseaux sociaux durant la campagne électorale américaine. Sur le premier d’entre eux, Facebook (1,7 milliard d’utilisateurs actifs à travers le monde), les théories du complot ont même particulièrement fait florès dans les trois derniers mois précédant l’élection de Donald Trump. Au point de générer, sur cette période, davantage d’interactions sur le réseau social que les informations diffusées par les médias traditionnels. (...)

Lire la suite sur le site de la Revue des Deux Mondes.