Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss










Dernières notes



La Bibliothèque
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel









L'Express, n° 3045, semaine du 12 au 18 novembre 2009
Dans un dossier paru dans son édition du 12 novembre, L’Express constate que « le virus du soupçon se répand à travers l'Hexagone plus vite que celui de la grippe porcine ». En effet, d’après un sondage Ifop à paraître dans Dimanche Ouest-France, à peine un Français sur cinq se déclare prêt à se faire inoculer le vaccin contre la grippe A. Ils étaient 55 % au mois de septembre.

Pour L’Express, les origines de cette défiance à l’égard des pouvoirs publics, dont se nourrissent les théories du complot, est à rechercher dans un défaut de pédagogie et un manque de transparence :


- Un défaut de pédagogie : « Le volume des commandes (94 millions de doses) et le montant faramineux de la facture (712 millions d'euros) ont pris les Français par surprise en plein cœur de l'été, alors même qu'une autre crise, économique celle-là, était censée avoir asséché les comptes publics. La surmédiatisation qui a suivi n'a pas apporté les réponses attendues. Les déclarations contradictoires sur la gravité du virus ont plutôt creusé les incertitudes ».

- Un manque de transparence : « La dissimulation des contrats de commandes par le ministère de la Santé, puis leur publication partielle fin octobre sous la contrainte du gendarme public, ont fissuré le contrat de confiance. Puis les liens mis au jour entre certains experts de la grippe auprès du gouvernement et l'industrie pharmaceutique ont donné le coup de grâce... Aux yeux de l'opinion, la campagne de vaccination, aussi légitime soit-elle, sera désormais entachée d'une faute originelle ».

Les rumeurs complotistes jouent évidemment un rôle déterminant dans cette perte de confiance du public. Parmi les mensonges diffusés sur internet : le caractère obligatoire de la vaccination, la rumeur selon laquelle le vaccin contiendrait des adjuvants nocifs, ou encore celle selon laquelle l’injection du vaccin permettrait, au passage, de nous greffer des puces électroniques RFID à notre insu.

Ironie de l’histoire, l'hebdomadaire constate que « tandis qu'ici on tergiverse sur l'opportunité d'un vaccin distribué en masse, ailleurs, les foules se ruent sur les rares doses disponibles. Contrairement à la France, la plupart des pays ont opté pour une prévention ciblée, et l'opinion crie à la pénurie » comme au Canada, où l’épidémie a déjà fait près d’une centaine de victimes ou aux Etats-Unis (1000 morts dont 100 enfants), où des infirmières menacent de faire grève si on ne les inscrit pas sur la liste des publics prioritaires…


Sources :
* E. Saget, A. Benhaiem, J. Joly, V. Olivier, G. Charles, « La vérité sur le vaccin contre la grippe A », L'Express, n° 3045, 12-18 novembre 2009.
* Coline Berard, « Comment la peur du vaccin anti-grippe A contamine la Toile », L'Express, n° 3045, 12-18 novembre 2009.
* Ministère de la Santé et des Sports : Que sont les adjuvants et à quoi servent-ils ?

Voir aussi :
* Sur Conspiracy Watch : La théorie du complot, plus rapide que la grippe porcine.
* Le vaccin est-il dangereux ?, un petit dessin amusant de Martin Vidberg.