LU SUR LE WEB : Les plus jeunes s’informent essentiellement sur Internet qui véhicule toute sorte d’idées fausses et joue un rôle dans les processus de radicalisation. Face à cette situation, il faut répondre par une révolution pédagogique qui s’inspirerait de ce que nous savons de la cognition humaine afin de rendre les jeunes esprits en formation autonome face à cet océan de données.

Internet est un moment technologique essentiel qui bouleverse nombre de réalités sociales. Son effet le plus saillant est qu’il représente une dérégulation du marché de l’information et a permis à certaines propositions intellectuelles douteuses de se diffuser au-delà des espaces de radicalité dans lesquels elles étaient confinées, on songe par exemple aux théories du complot. Cette question est d’autant plus inquiétante qu’elle concerne aussi les jeunes esprits, qui s’informent sur Internet et ont tendance à croire plus facilement que les autres classes d’âge ce qu’ils y lisent. C’est donc un enjeu fondamental, au-delà de la société française, pour les démocraties même que d’accompagner cette révolution sur le marché de l’information d’une révolution pédagogique, afin de doter ces jeunes citoyens d’une «boussole» leur permettant de s’orienter dans cet océan de données. (…)

Lire la suite sur Slate.fr.

Voir aussi :
* Complotisme : qui sont les «pompiers pyromanes» ?
* Fausses informations en ligne : les adolescents « facilement dupés », selon une étude