Les incidents qui ont émaillé les minutes de silence organisées en réaction aux équipées meurtrières des frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont placé le conspirationnisme sous le feu des projecteurs médiatiques. Objet d’étude pluridisciplinaire, au croisement des sciences sociales et politiques, de l’histoire des idées, de la psychologie et de la philosophie, la « théorie du complot » demeure un phénomène mal connu du grand public.

Qu’est-ce que le conspirationnisme ? Quels sont ses ressorts politiques, idéologiques, psychologiques ? Quel rôle Internet a-t-il joué dans sa récente montée en puissance ? Qui fabrique et met en circulation les théories du complot ? Quelle influence ont-ils ? Quelle est leur vision du monde ? C’est à ces questions que tente de répondre la note de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès que j’ai l’honneur de signer.

Voir aussi :
* Le conspirationnisme, un extrémisme politique influent (L’Express, 4 mars 2015)