Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner





Par Madjid Zerrouky & Adrien Sénécat


Le professeur d'arabe Bassam Tahhan (EurasiExpress, 7 avril 2017)
LU SUR LE WEB : Ce que l’on sait de l’attaque de Khan Cheikhoun du 4 avril, au-delà des manipulations diffusées notamment par le gouvernement russe et le régime syrien.

Le 4 avril vers 6 h 30 du matin, quatre explosions secouent la localité de Khan Cheikhoun, située à une cinquantaine de kilomètres d’Idlib et à une vingtaine de kilomètres de la ligne de front du nord d’Hama, qui sépare forces du régime et groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie. Quatre-vingt-sept personnes perdent la vie et 557 sont blessées après avoir été atteintes par des gaz chimiques, selon la direction de la santé de la province.

Une exposition aux gaz que plus personne ne conteste, pas même le gouvernement syrien. Mais plusieurs autres points font l’objet de controverses, parfois sur la foi d’arguments fallacieux. Explications. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.


Voir aussi :
* Carla Del Ponte: la responsabilité d'Assad est "certaine" dans l'attaque chimique (RTS, 6 avril 2017)
* Pour Jean-Luc Mélenchon, « personne ne sait à cette heure qui utilise des armes chimiques en Syrie »
* Armes chimiques en Syrie : à propos de l'« enquête » de Seymour Hersh