Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet





Par Paulo A. Paranagua


Le président vénézuélien Nicolas Maduro
LU SUR LE WEB : A l’évidence, une dizaine de militaires et une cinquantaine de fusils ne suffisent pas à renverser un gouvernement, même aussi impopulaire que celui de Nicolas Maduro.

Le général Raul Baduel, ancien ministre de la défense, ami et compère de l’ex-président vénézuélien, le lieutenant-colonel Hugo Chavez (1999-2013), aurait dû retrouver sa liberté vendredi 3 mars, après avoir purgé une peine de presque huit ans de prison. Au lieu de quoi, il s’est vu accuser d’atteinte « à l’intégrité et l’indépendance de la nation ». Dès jeudi, il a été déféré sans ménagement par le renseignement militaire devant un tribunal, pour complot et trahison.

A l’origine, le général Baduel avait été condamné pour corruption lors de l’achat d’armement militaire. Une accusation infamante, qu’il balayait d’une main, d’autant plus facilement que sa famille nombreuse ne vit pas dans le luxe. Lors de la tentative de putsch de 2002, c’est lui qui avait sorti Chavez de prison et l’avait remis en selle. Pour sa loyauté, il avait reçu le grade de général en chef et le portefeuille de la défense.

L’amitié entre les deux officiers s’était brisée lorsque le chef de l’Etat a voulu s’éterniser au pouvoir, en organisant des scrutins à répétition. Lors du référendum de 2007 sur une réforme de la Constitution, Baduel était dans le camp du non, qui l’emporta de justesse. Un « dossier » concocté en temps record a suffi à la justice militaire pour condamner l’ex-ministre à un long séjour à la prison militaire de Ramo Verde, à une heure de Caracas.

En août 2015, le général, âgé aujourd’hui de 61 ans, a bénéficié de la liberté conditionnelle. La veille de sa libération complète, début mars, son avocat, Omar Mora Tosta, en avait eu la confirmation, mais avait alerté l’opinion sur « une nouvelle persécution ». En effet, Baduel est à nouveau en prison. (...)

Lire la suite sur Le Monde.fr.


Voir aussi :
* Le chef de Ciudadanos accusé de "conspirer" contre le Venezuela