Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Les rhétoriques de la conspiration, sous la direction d'Emmanuelle Danblon & Loïc Nicolas





Par Matthieu Goar & Jean-Baptiste de Montvalon


Manifestation de soutien à François Fillon, dimanche 5 mars 2017, place du Trocadéro à Paris (crédits : Twitter / @fillon2017_14)
LU SUR LE WEB : « Machination », « prise de pouvoir des juges », déserteurs « couilles molles » : le rassemblement place du Trocadéro, dimanche, a réuni le noyau dur des soutiens de François Fillon.

Ils sont venus soutenir leur candidat au cœur de la tempête, dans une campagne aussi instable que la météo, dimanche 5 mars à Paris, où la pluie battante alternait avec de courtes éclaircies. Les défections se sont multipliées en quelques jours, la droite est fracturée, du sommet à la base. Mais la place du Trocadéro, dans le 16e arrondissement, pendant les quelques heures du rassemblement voulu par François Fillon, est exempte de divisions. Militants et sympathisants ont répondu à l’appel pour incarner le « peuple », en modèle réduit ; et la « résistance »… y compris à une partie non négligeable de leur propre famille politique.

Aucune pancarte, conformément aux instructions données par les organisateurs, juste des drapeaux tricolores distribués dès les points de filtrage. Pas de slogan, hormis des « Fillon président ! » entonnés à intervalles réguliers, tandis que la place se remplit peu à peu. Ceux qui sont venus profitent de cet entre-soi pour témoigner autant de leur foi en leur candidat que de leur aversion pour tous ceux – juges, journalistes, élus, et autres adversaires indéterminés – qui se mettent en travers de sa route. (...)

Lire la suite sur le site du Monde.