Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
L'Effroyable Imposteur, de Fiammetta Venner
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff





Attentat sur les Champs-Elysées : le maire PS du 4ème arrondissement de Paris y voit la main de Poutine
A deux reprises ce mois-ci, le président russe a été accusé par des responsables politiques d'être derrière un attentat en Russie et en France. Un complotisme pavlovien ne reposant sur aucun début d'élément factuel.

Alors qu'un agent de police a été assassiné jeudi soir vers 21 heures sur l'avenue des Champs-Elysées et que deux autres policiers ont été blessés par un individu muni d'une arme automatique et rapidement abattu, le maire PS du 4ème arrondissement de Paris, Christophe Girard, a suscité l'émoi sur les réseaux sociaux - ainsi que des commentaires injurieux et homophobes de la part de sympathisants d'extrême droite - en suggérant que Vladimir Poutine n'était pas étranger à cette attaque :

« Attentat en France à quelques jours de l'élection présidentielle. Comme c'est étrange ! allez interroger monsieur Poutine par exemple » a tweeté l'élu parisien avant de supprimer son post que, pourtant, il dit «assumer».

Peu après dans la soirée, l'Etat islamique a revendiqué l'attentat dans un communiqué diffusé par son organe de propagande Amaq : « L’attaque qui a eu lieu sur les Champs-Elysées, au cœur de Paris, est l’œuvre d’Abû Yûssuf Al Baljîkî qui est l’un des soldats du Califat » (cf. MàJ du 05/05/2017).

L'assaillant était connu des services de police. L'homme s'appelait Karim Cheurfi. Originaire de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), il était âgé de 39 ans. Il avait été condamné à deux reprises pour tentative d'assassinat (il avait tiré sur des policiers en 2001) et était également visé par une enquête du parquet antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers.

Le tweet de Christophe Girard fait référence aux tentatives supposées de déstabilisation de l'élection présidentielle française par le Kremlin, qui a reçu le 24 mars dernier Marine Le Pen en visite à Moscou - l'attentat étant censé profiter à la candidate du Front national.

Le 3 avril 2017, quelques minutes après l'annonce de l'attentat du métro de Saint-Pétersbourg qui a fait 14 morts, l'ex-champion d'échecs Garry Kasparov avait suggéré un faux attentat destiné à servir « l'agenda politique de Poutine ». Opposant au président russe, Kasparov est aussi connu pour son adhésion aux thèses récentistes.

(dernières mises à jour :
22/04/2017 : Karim Cheurfi n'était pas fiché « S », contrairement à ce qui avait été annoncé initialement.
05/05/2017 : Selon l'Etat islamique, l'auteur de l'attentat a été initialement désigné sous le nom de "Abû Yûssuf Al Baljîkî" (i.e. "Abou Youssouf le Belge") pour "raisons de sécurité".)