Lu aujourd’hui sur Slate.fr :

Plus gênant, la diffusion des théories du complot auprès des élèves, avec une intensité variable selon l’endroit et la période. Tegualda Aviles [enseignante d’histoire-géo dans un lycée de l’Essonne] a rarement à y faire face, là où Charlotte Sorin Jacqmin [professeure d’histoire-géographique dans un lycée de la région parisienne] a systématiquement des élèves qui lui disent que les Américains ont fomenté le 11-Septembre. «Je leur rappelle que je fais de l’Histoire et que cette théorie du complot n’est pas étayée, qu’on n’est pas là pour travailler sur des rumeurs mais sur des faits», explique-t-elle.

De son côté, Guilhem Cassagnes a corrigé des copies du bac histoire 2012 en série ES, où une étude de documents portait sur le 11-Septembre. Et en a tiré cette statistique inquiétante : sur les 120 copies qu’il a corrigées, environ 80 mêlaient théories du complot et Illuminati. «Il n’y avait pas d’Histoire», se souvient-il, laconique. Aucune analyse historique des faits, rien que de la paraphrase des documents, «et l’analyse historique, c’était que le 11-Septembre était un mensonge des Illuminati».

Un autre prof d’histoire-géo dans un collège de la région parisienne, qui souhaite rester anonyme, se souvient d’un élève de 6e en particulier, qui est venu quatre ou cinq fois dans l’année avec les derniers documentaires/articles/discussions qu’il avait vus ou lus sur internet. «Il commençait à parler du 11-Septembre, et puis au-delà, on passait à Israël, aux Américains qui dirigent le monde, il y avait le thème du complot mondial derrière ça.» Difficile de savoir s’il y croyait à 100% ou s’il voulait seulement se mettre en opposition avec une figure d’autorité : «il pourrait changer d’avis» en vieillissant, espère ce prof, qui a tenté de recadrer les faits et lui a conseillé de ne pas croire tout ce qu’il voyait sur Internet. (…)

Lire l’intégralité de l’article sur Slate.fr.

Voir aussi :
* Les Illuminati, la banlieue et nous
* « Je retrouve ces thèses du complot dans les copies de mes élèves »
* Un élève à un prof d’histoire : « Pas un juif dans les tours »
* Histoire : Le Net, c’est pas très net !